Du Nord au Sud, le pays a été témoin la semaine dernière de plusieurs manifestations pour protester contre la fermeture des mosquées à cause du couvre-feu de 20h à 6h. Certaines manifestations, comme à Inezgane, ont connu des actes de vandalisme et de jets de pierre contre les éléments des forces de l’ordre. Des dizaines de personnes ont été arrêtées, selon l’hebdomadaire casablancais MarocHebdo.

Dans son édition du 19 Avril, MarocHebdo a rapporté ce qui suit:

“Le couvre-feu de 20h à 6h, entré en vigueur à partir du premier jour du Ramadan, n’a pas été du goût de plusieurs travailleurs notamment dans le secteur des cafés et restaurants. Mais ces derniers jours, la grogne sociale a gagné une autre catégorie de la population: les religieux et ceux qui refusent la fermeture des mosquées durant ce mois.

Depuis mercredi 14 avril 2021, plusieurs villes du pays ont connu des manifestations, des marches et des actes de vandalisme, où des jeunes, adolescents et mineurs, pour la plupart, ont protesté contre l’instauration d’un couvre-feu nocturne et ont appelé à la réouverture des mosquées pour pratiquer les prières des Tarawih.

Dans le sud, à Dechira, Aït Melloul et Inezgane, des manifestations ont eu lieu ces derniers jours, nécessitant une grande mobilisation des forces de l’ordre pour contenir une grogne qui s’est amplifiée surtout à Inezgane, dans le quartier de Tarasst.

Violations du couvre-feu

Des dizaines de jeunes et mineurs ont violé le couvre-feu et se sont adonnés à des actes de vandalisme, détruisant des biens publics et privés, allumant le feu dans des ruelles et jetant des pierres à l’encontre des forces de l’ordre dans ce quartier populaire. Des manifestations qui ont duré près de deux jours. Heureusement que les forces de l’ordre ont réussi à contenir la situation. Près de 18 personnes, dont 4 adultes, impliquées dans ces actes de violence ont été déférées devant le Procureur du roi près le tribunal de première instance d’Inezgane.

Par ailleurs, c’est dans la région du nord que les manifestations ont été nombreuses. Dès le premier du Ramadan, le 14 avril 2021, des marches de protestation ont été organisées à Fnideq, appelant à l’ouverture des mosquées. A Tanger, dans le quartier de Casabarata, relevant de l’arrondissement de Béni Mekada, les forces de l’ordre ont dû disperser durant toute la semaine dernière des Tangérois venus prier dans les rues ou devant les mosquées.

Des arrestations de dizaines de personnes ont eu lieu et des enquêtes ont été menées pour élucider les circonstances de ces violations du couvre-feu. Rappelons que les Tarawih sont des prières surérogatoires, donc non-obligatoires, qui ont d’ailleurs été délaissées par le Prophète lui-même.“ (MarocHebdo)

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.