Espoir. Des personnalités marocaines et algériennes ont lancé un appel aux autorités algeriennes pour l’ouverture d’un passage terrestre humanitaire permettant aux familles algériennes et marocaines d’échanger des visites, et pour mettre fin aux discours de la haine et ouvrir des canaux de dialogue.

Cet appel intervient à un moment où les relations entre le Maroc et l’Algérie connaissent des tensions diplomatiques et médiatiques depuis l’opération menée par les FAR au poste frontière de Guerguerat et la proclamation par l’ancien président américain Donald Trump de la reconnaissance de la marocanité Sahara, selon le site londonien site Al Arabi Al Jadid.co.

L’initiative baptisée « L’Appel du Futur », signée par 100 personnalités marocaines et algériennes d’universitaires, de militants des droits de l’homme, de journalistes et d’intellectuels soulignent que « face aux défis actuels et eu égard à l’impasse persistante dans les relations entre les deux pays, et vu notre foi en la nécessité d’améliorer ces relations et de les ramener sur leur droit chemin en les ressuscitant sur une base humanitaire et sociale d’autant bien que les liens de fraternité et d’amour entre les deux peuples existent toujours et n’ont pas été ébranlés par les tempêtes politiques, nous adressons notre appel aux personnes de bonnes intentions qui croient en l’unité d’un destin commun, en vue d’entamer le dénouement progressif des problèmes ».

+ Il faut prendre en considération la dimension humaine +

L’initiative, qui a été prise par les marocains l’avocat Naoufal Bouamri, l’acteur associatif Hicham Snoussi, et les algériens le journaliste et président de l’Association maghrébine pour la paix, la coopération et le développement Walid Kabir, et le journaliste et chercheur universitaire établi en Grande Bretagne Anouar Soulaimani, appelle à « prendre en considération la dimension humaine des relations familiales, en particulier près des deux côtés de la frontière, et à permettre aux familles très affectées psychologiquement d’avoir le droit d’échanger des visites entre elles dans le cadre de l’ouverture d’un passage humanitaire pour les piétons leur permettant de renouer les contacts entre elles et d’alléger leurs souffrances de plus d’un quart de siècle sans pouvoir se revoir ».

Ils appellent également à mettre fin au discours de la haine des « médias qui sont soumis aux calculs étroits des politiques dans les deux pays » et qui ont dépassé les lignes rouges.

Les signataires appellent aussi à « ouvrir des canaux de dialogue entre les élites des deux pays pour une discussion sans fanatisme ni chauvinisme » en vue d’examiner les problèmes et de proposer des solutions qui rapprocheraient les points de vue et jeter les bases de relations fraternelles et de bon voisinage entre le Maroc et l’Algérie.

L’avocat marocain Naoufal Bouamri, l’un des coordinateurs de cette initiative, a indiqué à Al Araby Al Jadid que l’idée de lancer cet appel était venue naturellement et spontanément après la tenue d’un débat sur les relations entre le Maroc et l’Algérie.

« Nous considérons que le côté humanitaire peut résoudre cette situation et pousser à réfléchir à l’ouverture des frontières pour les citoyens des deux côtés », a-t-il souligné ajoutant qu’il a été relevé lors du débat le dépassement par certains médias qui se sont attaqués à des symboles et institutions d’où l’appel à mettre fin aux discours incitant à la haine entre les peuples des deux pays.

Parmi les signataires de l’appel du côté marocain figurent les deux anciens ministres Abdelkarim Benatiq et Jamal Aghmani, et le conseiller diplomatique à Washington, Samir Bennis et du côté algérien, les noms des professeurs Ismail Maaraf, Ahmed Houssein Soulaimani et du militant politique Seddik Daadi.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.