Rupture des rangs ou plutôt démagogie? Au Maroc, El Othmani, Secrétariat général du Parti justice et développement (PJD) a réitéré, samedi, sa position sur la question du quotient électoral, suite à la décision de la Cour constitutionnelle concernant la loi organique relative à l’élection des membres de la Chambre des représentants.

Le parti de la Lampe vient de réagir à la decision de la Cour constitutionnelle qui vient de le débouter. En fait, la a Cour a validé trois lois organiques modifiant respectivement la loi organique relative à la Chambre des représentants, celle relative à la Chambre des conseillers et celle relative à l’élection des collectivités territoriales.

Publiées ce vendredi 9 avril sur le site de la Cour, ces trois décisions de validation ont été rendues le 7 du même mois.

Pour le secrétariat du PJD, l’adoption du quotient électoral sur la base des électeurs inscrits serait « un choix antidémocratique” et contraire à toutes les règles à la base du choix démocratique, selon un communiqué relayé par le site de ce parti islamiste qui dirige la coalition gouvernementale depuis les élections législatives de 2016.

+ Il enlève aux élections leur caractère concurrentiel et politique ? +

Les faucons du PJD prétendent que le nouveau quotient électoral porte « atteinte aux institutions élues et les rend incapables d’exprimer véritablement la volonté générale de la nation, qui résulte d’un vote libre et juste exprimé à travers la participation au scrutin ».

Le secrétariat de la Lampe a ajouté que ce quotient électoral contribuera à aggraver encore plus l’abstention au lieu de renforcer la confiance des citoyens en les élections et en les institutions élues.

« L’adoption du quotient électoral sur la base des inscrits constitue un recul édicté par des motifs politiques visant à plafonner les résultats électoraux et à répartir de manière égale les sièges entre tous », souligne le PJD, ajoutant que ceci enlève aux élections leur caractère concurrentiel et politique et leur rôle de responsabilisation des partis politiques.

Le PJD estime, enfin, que l’adoption du quotient électoral sur la base des inscrits sur les listes électorales met sur un même pied d’égalité ceux qui participent au scrutin et ceux qui le boycottent en ce sens qu’ils influent ainsi tous sur les résultats électoraux, soulignant que cette décision « contribuera à l’affaiblissement de l’action des institutions et à les rendre incapables de remplir leurs rôles constitutionnels et juridiques et de remplir, notamment, leur fonction de développement », ajoute la même source.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.