La Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) du Maroc a transmis à la France des informations cruciales concernant une Française d’origine marocaine, qui préparait un attentat terroriste contre une église.

Ces informations ont permis à la France de déjouer l’attaque, a indiqué mardi un communiqué de la DGST.

Elles ont permis aux services français de procéder, le weekend dernier, à plusieurs arrestations. Lors de ses opérations, la police a également saisi des matériaux utilisés dans la fabrication des explosifs.

L’hebdomadaire français « Le Point » a annoncé dimanche l’arrestation de cinq femmes « radicalisées ».

Le Point a ajouté que l’enquête a révélé que les cinq suspectes s’apprêtaient à commettre une « action violente imminente à Montpellier ».

La police a indiqué qu’aucune des suspectes n’était connue des services de sécurité.

Selon la DGST, le Maroc a transmis l’information au bon moment. Le communiqué a ajouté que les suspectes étaient dans les dernières phases de la planification d’un projet terroriste suicide à l’intérieur d’une église.

+ Poursuivre le renforcement de la coopération bilatérale entre les services de renseignement +

La principale suspecte allait attaquer les fidèles avec un couteau.

Les services marocains ont également fourni à la France des informations sur le niveau « d’extrémisme qu’avait atteint la femme qui préparait le projet terroriste ».

Les informations partagées indiquent que la femme en question s’est inspirée du contenu d’une vidéo que les combattants de l’Etat islamique continuent de partager sur les réseaux sociaux.

La DGST a fait savoir que l’arrestation faisait partie de sa coopération antiterroriste et de la participation du Maroc aux efforts et mécanismes de lutte contre les organisations terroristes en vue de réaliser la sécurité et la stabilité internationales.

L’opération sécuritaire s’inscrit aussi dans le cadre de l’engagement de la DGST de poursuivre le renforcement de la coopération bilatérale entre les services de renseignement marocains et français pour lutter contre les menaces terroristes et l’extrémisme.

Les services marocains de renseignements antiterroristes sont considérés comme l’un des plus puissants à travers le monde. Le Maroc a mis en place en 2015 le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) qui coopère avec tous les services de renseignement du pays pour lutter contre l’extrémisme et les menaces terroristes.

Le BCIJ a indiqué que les services sécuritaires du pays avaient démantelé 2.009 cellules terroristes depuis 2002.

Le Maroc a également arrêté 3.535 personnes pour leur implication présumée dans des activités terroristes et a avorté environ 500 attaques terroristes « sanglantes » ces dernières années, selon le chef du BCIJ, Haboub Cherkaoui.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.