Maati Monjib, Dans ce jeu de l’anguille, plutôt que de répondre sur l’accusation, il contrattaque sur les flancs.

Par Naïm Kamal – Quid.ma

Depuis le temps qu’on traine le dossier de Maati Monjib, il faut bien dire que ça commence à bien faire. Cela fait près de six ans que cette (bien mauvaise) affaire revient cycliquement à la surface. La justice le poursuit pour « blanchiment d’argent, fraude et atteinte à la sécurité de l’Etat ». Lui crie, en substance, au « harcèlement judiciaire » et dénonce « une action vengeresse contre ses prises de position hostiles au régime ».

Même si par ailleurs j’ai toujours trouvé au fricotage avec les ONG internationales des opacités qui camouflent (mal) leurs intentions réelles, l’affaire Monjib ne m’a jamais intéressé que de très loin. Jusqu’à ces derniers jours.

Remis en liberté provisoire, l’historien, dont l’assomptionniste journal La Croix nous apprend que c’est un franco-marocain (une bénédiction), n’a pas trouvé mieux que de qualifier l’Etat marocain de policier. Une posture outrageuse et outrageante qui fait se bousculer dans ma tête les scènes des films de Costa Gavras : Z, L’Aveux, L’état de siège ; me fait aussi penser à Salvador Allende et au Chili du général Pinochet, à l’Espagne du Caudillo, aux Escadrons de la mort qui sévissaient au Brésil et ailleurs en Amérique du Sud, à l’Argentine du général Videla et ses 30 000 « disparus », 15 000 fusillés, 9 000 prisonniers politiques et 1,5 million d’exilés pour une population qui dépassait à peine les 30 millions d’habitants. Et sans commune mesure, les « années de plomb » au Maroc, quand pour de beaucoup moindres prises de position que celles de Maati Monjib, qui donne l’impression de ne pas avoir pris connaissance du travail de l’Instance Équité et Réconciliation, de nombreux jeunes ont vu leurs meilleures années filer en prison. Pourtant l’historien est en âge de savoir, à moins que dans sa tendre jeunesse il ait été distrait par d’autres préoccupations que les utopies des jeunes de l’époque.

Ou encore ne sait-il pas que dans un Etat policier, l’Etat ne met pas en liberté provisoire son « ennemi numéro un », dixit La Croix, au premier simulacre d’une grève de la faim.

Le jeu de l’anguille

D’aucuns préfèrent le confort de le croire sur parole, tandis que les autorités donnent l’impression de peiner à le cantonner dans ce qu’elles lui reprochent, fraude et blanchiment. Porté par des connexions de ‘’solidarité’’ pas toujours innocentes, Maati Monjib qui se veut d’abord un activiste des droits de l’homme, joue à l’anguille, glisse entre les doigts, aidé en cela par ceux qui préfèrent regarder ailleurs pour ne pas ouvrir les yeux sur ce dont on l’accuse. Parce que s’il s’avère coupable, ils seront complices. N’est-ce pas en partie les fonds des ONG qui le financent, le couvrant aujourd’hui de leur charité à l’international, qui constituent le fond du dossier, encore une fois fraude et blanchiment ?

Dans ce jeu de l’anguille, plutôt que de répondre sur l’accusation, il contrattaque sur les flancs. Si on me cherche ici, c’est parce qu’on m’en veut là. Une sorte de guérilla sans panache parce que sans pronostic vital engagé. Du pickpockétisme politique dans son jus : focaliser le regard du pigeon sur une main pour ne pas lui laisser le loisir de voir ce que l’autre magouille dans son dos. Et c’est là où le bât blesse ! Pourquoi ne commence-t-il pas par démonter l’accusation, démontrer sa blancheur comme neige, lever le doute (raisonnable) et crier au scandale par la suite. Il libérerait beaucoup de bonnes volontés de leurs réticences. Et Maati Monjib aura alors, et seulement alors, toutes les latitudes de parader contre la pouvoir sans que personne ne trouve à redire. Mais visiblement l’historien préfère la gloriole à la gloire, l’instant à la postérité.

Source: Quid.ma

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.