La chambre criminelle de première instance près la cour d’appel de Casablanca a refusé d’accorder la liberté provisoire à Souleiman Raissouni, rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum, qui est poursuivi pour « viol » d’un jeune homme et de sa « séquestration ».

Le tribunal a rendu sa décision, jeudi, après avoir reporté l’examen d’une requête présentée en ce sens par la défense du journaliste lors de l’audience de mardi dernier, audience au cours de laquelle Raissouni avait aussi demandé, par l’intermédiaire de ses avocats, de lui remettre les pièces du dossier pour qu’il puisse en prendre connaissance.

Dans une déclaration au site arabophone Hespress.com, l’épouse de Souleiman Raissouni a appelé au respect du droit de ce dernier d’accéder aux documents du dossier de son procès.

Elle a également exprimé son souhait « de voir Raissouni quitter la prison » le plus tôt possible, précise la même source.

Pour rappel, Souleiman Raissouni a été accusé de « viol et séquestration » d’un jeune homme prénommé Adam, accusations que le mis en cause a toujours nié en clamant « son innocence. »

À noter que Suleiman Raissouni a pris la direction de la rédaction du quotidien « Akhbar Al Yaoum » à la suite de l’arrestation et la condamnation du fondateur du journal, Taoufiq Bouachrine, à 15 ans de prison ferme pour une affaire de « violences sexuelles ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.