Interdite au Maroc en 2017, l’utilisation de la crypto-monnaie a, cependant, augmenté d’environ 4 fois au cours des 9 derniers mois, selon les données du marché en ligne des bitcoins « LocalBitcoins ».

Pour le site américain « The Hustle », qui rappelle que seulement 29% des adultes au Maroc ont un compte bancaire, « une raison surprenante » explique cette progression: de nombreux Marocains ne veulent pas que leurs voisins sachent qu’ils ont de l’argent.

En 2008, la plus grande banque du Maroc a constaté que si les gens souhaitaient ouvrir des comptes épargnes, ils rejettent avec insistance l’idée de recevoir par courrier des relevés bancaires, craignant des problèmes de confidentialité, précise la même source.

Alors que les transactions en Bitcoins sont enregistrées sur un registre public auquel tout le monde peut accéder, la blockchain offre un anonymat complet.

Comment les Marocains contournent-ils les lois interdisant les crypto-monnaies?

Il existe de nombreuses façons pour contourner la réglementation:

-L’utilisation de marchés tels que LocalBitcoins, qui permettent aux utilisateurs d’acheter des Bitcoins à d’autres personnes en ligne en utilisant de l’argent liquide.

-Sortir de la frontière (physiquement ou avec un VPN) et acheter dans un pays où c’est légal.

-Certaines grandes plateformes d’échanges de crypto-monnaies, comme Binance, permettent aux utilisateurs d’échanger des dirhams marocains en crypto-monnaies, mais pas l’inverse.

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.