L’expert international marocain résidant au Canada et originaire de Figuig, Mohamed Guennoun insiste sur le droit des populations d’El Arja d’exploiter leurs terres le long des frontières entre le Maroc et l’Algérie, soulignant que ce droit est garanti par des titres légaux de propriété ainsi que par des lettres de Sultans marocains datant du début du siècle dernier.

Dans une interview accordée au site électronique Hespress, l’expert marocain attribue les événements actuels à l’ « ambiguïté » qui marque la mise en œuvre de l’accord de tracé des frontières entre le Maroc et Algérie signé en 1972 et à la manière sélective avec laquelle Alger applique les dispositions de cet accord.

Il relève que les frontières maroco-algériennes sont régies par une convention qui remonte à la période du colonialisme français en Algérie, en particulier la convention de  Maghnia signée le 18 mars 1845, ajoutant que cette convention a été signée « contre son gré » par le Maroc puisqu’elle ne délimitait pas de façon précise la frontière entre les deux pays.

Après leur indépendance, a-t-il poursuivi, les deux pays ont signé l’accord d’Ifrane en 1972 et qui, au lieu de régler définitivement cette question, a ajouté à cette « ambiguïté ».

  A l’instar de toutes les conventions sur le tracé des frontières entre le Maroc et l’Algérie, a fait remarquer l’expert, celle de Maghnia est «  vague » et ne mentionne pas de manière explicite auquel des deux pays appartiennent les deux localités frontalières de Figuig et Eiche.

La convention de 1901 a levé en quelque sorte cette ambiguïté en reconnaissant le droit des populations de Figuig d’exploiter leurs biens et de leurs champs où qu’ils se trouvent même au delà des frontières françaises, a noté M. Guennoun.

Il a relevé que si la France a reconnu aux fermiers de Figuig le droit d’exploiter leurs terres, l’Algérie, au contraire, applique de manière sélective cette convention en affirmant son attachement au tracé des frontières mais en refusant en même temps aux habitants de Figuig leur droit d’exploiter leurs terres.

 L’expert international précise que les habitants de Figuig, et jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, circulaient librement, et sans  entrave aucune par les autorités algériennes, au-delà des frontières entre les deux pays, ajoutant que l’accord de 1972 est « confus » et n’évoque pas de façon claire le sort de la localité d’El Arja.

M. Guennoun ajoute qu’une lettre du sultan Hassan 1er en 1892, dans laquelle ce Souverain donnait des instructions au président de la commune de Figuig de l’époque sur le système fiscal, et d’autres documents historiques confirment que les localités d’El Arja et Meliass sont des terres marocaines.

Il souhaite en conséquence que les tribunaux algériens rendent justice aux victimes de cette décision arbitraire qui s’apprêtent à porter plainte devant ces juridictions pour faire valoir leurs droits légitimes et historiques.

Cet expert a également émis l’espoir de voir les autorités algériennes faire preuve de « souplesse » en s’abstenant de renier des droits reconnus universellement.

Mais si jamais cette démarche n’aboutira à aucun résultat, a-t-il mis en garde, les victimes s’adresseront à la justice internationale pour défendre leurs droits, car l’Algérie doit abandonner la manière sélective avec laquelle elle conçoit ces conventions et accords.

3 Commentaires

  1. YA SI GUENNOUN !
    L’Algérie applique avec sélectivité les accords et les conventions tout comme le Maroc d’ailleurs. Avez vous pensé aux algériens qui ont été spoliés de leurs terres au Maroc depuis plus de 50 ans ? Ils n’ont eu aucune indemnité contrairement aux propriétaires Français du Maroc que le roi Hassan II avait bien payé une compensation financière. Dis-moi c quoi tout ça ? C ça être juste et équitable ? Ce qui est bon pour Minou devrait l’être bon aussi pour Pitou…!!

  2. monsieur l expert international sait il que l accord du tracé des frontieres, plus recent, en termes juridiques et dans la logique du droit international, annule et se substitue a tout autre accord,traitè, …anterieurs. il faut garder son integrité intellectuelle et ne pas se laisser entrainer par des considerations politiviennes si on veut garder sa credibilité

  3. Mon Dieu, il faut que le Maroc il doit taper un bon coup de point sur la table , en disant à l’Algérie de cessez de charcuter à sa guise les frontière stop , et stop cette Attitude de notre pays de subir toujours subir les assauts de l’Algérie , le Maroc doit faire comprendre à l’Algérie être gentil , ce n’est pas une faiblesse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.