Insolite. L’âne a occupé une place importante dans les discours de l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, des discours qui ressemblent aux contes de Djeha avec comme ingrédients des choses invisibles, des événements réels et des animaux.

Selon le site arabophone Hespress.com, l’ex-secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) a été vraisemblablement le seul responsable gouvernemental dans l’histoire du Maroc à avoir introduit les animaux en politique. Il a tout naturellement consacré de nombreux discours à l’âne au point qu’il a défini lors d’un meeting « le juste milieu » par quelque chose qui serait « moins que le mulet et plus que l’âne ».

Et lorsque les opposants à son gouvernement ont cherché à lui porter un coup politique, ils ont fait défiler six ânes lors de des célébrations du 1er mai, mais personne n’imaginait à l’époque que le discours politique allait tomber aussi bas avec l’arrivée des populistes au pouvoir. Des ânes, dont certains portant l’inscription « Benkirane vous m’avez compris ou pas », ont ainsi défilé parmi les manifestants au boulevard Mohammed V à Rabat; précise la même source.

+ Chabat et les ânes sur les avenues de Rabat en 2013 +

Comme Benkirane est assez qualifié pour comprendre ce langage plus que ses adversaires, il a commenté cet épisode en affirmant : « les ânes étaient pauvres parce qu’ils n’étaient pas payés ».

Il ne s’est pas contenté de parler des ânes au Maroc, mais la même année, en 2013, et lors de son entretien avec l’ancien président tunisien Moncef Marzouki sur la manière dont l’opposition agissait dans les deux pays, il a été rapporté par la presse qu’il a dit à son hôte: « nous avons l’opposition au Maroc et le Parti de l’Istiqlal dirigé par Chabat n’était pas satisfait de faire défiler des hommes dans la rue contre le gouvernement au point de faire participer de pauvres ânes pour manifester contre moi ». Il a aussi déclaré à la presse en s’adressant à Chabat: « Laissez les ânes tranquilles ».

Puis, Benkirane s’est ravisé, profitant d’un événement médiatisé pour affirmer: « Je n’ai aucun problème avec les ânes, les ânes étaient mes amis « .

La crise du discours politique, dans un pays comme le Maroc, atteint ainsi ses pires manifestations avec les populistes.

Toutefois beaucoup de choses ont changé depuis 2011, il serait inimaginable de voir des ânes défiler sur la voie publique en 2021.

Le retour de Benkirane à un tel discours aujourd’hui, au sein et en dehors du PJD n’aura inévitablement aucun effet comme il n’est pas possible de revenir en arrière. Un proverbe anglais dit: « l’âne n’est invité à une cérémonie que pour rapporter l’eau ou le bois de chauffage ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.