Un rêve qui pourrait devenir réalité. Le projet de construction d’un tunnel reliant l’Espagne et le Maroc sous le détroit de Gibraltar, officiellement à l’étude depuis 1979 lorsque Rabat et Madrid ont créé à cet effet des sociétés publiques, respectivement la SNED et la SECEGSA, est de nouveau à l’ordre du jour.

Selon le site espagnol Hirti daily, les accords signés, à la suite du Brexit, entre le Royaume-Uni et le Maroc pour améliorer les conditions des importations sur le territoire britannique militent en faveur de la réalisation de ce projet. Ces accords comprennent la suppression des droits de douane sur les tomates, rappelle la même source qui souligne que 25% des tomates et 75% des fruits rouges consommés par les Britanniques proviennent du Maroc, estimant que l’accord post-Brexit conclu en octobre 2019 consolidera et renforcera encore ces relations commerciales.

Le Royaume Uni étant aujourd’hui hors Union européenne, les échanges commerciaux ne sont qu’un des domaines de rapprochement entre les deux pays. Une connexion entre Tanger et Gibraltar pourrait aussi aider à promouvoir le tourisme une fois levées les restrictions imposées par la pandémie. Outre le tunnel, les deux pays étudient également la possibilité de créer des lignes maritimes pour le transport des passagers et des marchandises et d’augmenter leurs liaisons aériennes.

+ Perspective 2030 ou 2040…+

Le projet entre la Grande Bretagnde et le Maroc n’est encore, à ce stade, qu’une déclaration d’intention. Cependant, l’étude du projet est bien avancée par l’Espagne et le Maroc avec une date approximative: les années 2030 ou 2040. Cette entreprise nécessiterait l’aide du secteur privé en raison de son coût très élevé.

Selon les études menées par la SECEGSA, le projet le plus viable, après plus de 40 années d’études et plus d’un siècle de propositions, est la construction d’un tunnel de 38,67 kilomètres qui reliera les deux rives du détroit entre Punta Paloma, à Tarifa, et Punta Malabata, près de Tanger. La section sous-marine du tunnel aurait une longueur de 27,75 kilomètres, une profondeur maximale de 475 mètres et une pente de 3%.

Selon hortidaily.com, ces derniers mois, les responsables de SECEGSA ont rencontré des représentants politiques et sociaux de Gibraltar pour les informer du projet. Lors de la dernière réunion, Pablo Diaz, responsable de la zone de développement socio-économique de SECEGSA, a indiqué au maire de San Roque, Juan Carlos Ruiz Boix, que la construction du tunnel pourrait démarrer dans les décennies à venir.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.