Moncef Slaoui, un vétéran de l’industrie pharmaceutique qui a aidé à diriger l’investissement du gouvernement américain dans le développement du vaccin anti-Covid-19, aurait été « limogé » en tant que président du conseil d’administration d’une startup de biotechnologie soutenue par GlaxoSmithKline PLC à la suite d’une enquête sur des allégations de harcèlement sexuel.

Selon le Wall Street Journal, Slaoui a été « renvoyé du conseil d’administration de la start-up en raison d’allégations de harcèlement sexuel ».

Slaoui, ancien cadre de la firme Glaxo, avait aidé à diriger l’investissement du gouvernement américain sous le mandat de Donald Trump en 2020 dans le développement du vaccin anti-Covid-19.

Pour rappel, Glaxo, est un fabricant de médicaments basé au Royaume-Uni, et Slaoui aurait reçu le mois dernier une lettre alléguant qu’il avait commis, il y a plusieurs années, « des actes de harcèlement sexuel et une conduite inappropriée à l’encontre d’une employée » de cette firme, a rapporté le Journal, citant la directrice générale de Glaxo, Emma Walmsley.

La directrice a dévoilé cet histoire dans un courrier électronique adressé à toute l’entreprise.

La faute présumée s’est produite alors que le Dr Slaoui était à l’emploi de Glaxo, où il dirigeait l’unité des vaccins de l’entreprise et siégeait au conseil d’administration avant de prendre sa retraite en 2017.

Glaxo a déclaré avoir embauché un cabinet d’avocats pour mener une enquête et que le cabinet d’avocats aurait corroboré les allégations.

L’enquête a abouti au licenciement du Dr Slaoui en tant que président de Galvani Bioelectronic, ajoute le Journal.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.