Le sous-marin artisanal de neuf mètres de long fabriqué par des narco-trafiquants, le 15 mars 2021 à Malaga (Espagne). (HANDOUT / EUROPOL / AFP)

La police espagnole a annoncé avoir mis la main au cours des derniers jours sur un sous-marin de neuf mètres dédié au trafic de drogue, le premier du genre à être construit en Europe, selon Europol.

Le sous-marin serait destiné au « trafic de cocaïne entre l’Espagne et le Maroc », selon des médias espagnols.

Le semi-submersible a été découvert dans un entrepôt de la ville côtière de Malaga dans le sud de l’Espagne, selon un communiqué de la police espagnole, relayé, lundi, par l’agence française AFP.

D’un diamètre de trois mètres, ledit sous-marin était en cours de construction de façon artisanale lors de sa saisie par les enquêteurs, qui estiment qu’il était équipé pour transporter jusqu’à deux tonnes de stupéfiants.

Le submersible découvert a été saisi dans le cadre d’une opération impliquant aussi les polices de Colombie, des Pays-Bas, du Portugal, des États-Unis et du Royaume-Uni, avec une activité internationale coordonnée par l’agence de police européenne, Europol. Au total, 52 personnes ont été arrêtées et la police espagnole a perquisitionné 47 domiciles à Barcelone, Malaga et dans huit autres villes espagnoles.

+ Dirigée par des ressortissants espagnols, colombiens et dominicains, l’organisation était basée en Catalogne +

Outre le sous-marin, les enquêteurs ont également découvert dans la région de Barcelone un laboratoire sophistiqué capable de produire 750 kilos de drogue par mois, un bateau en fibre de verre de 15 mètres, 400 kilos de cocaïne, 700 kilos de haschisch et plus de 100.000 euros (1,1 million de dirhams) en espèces.

Plus de 300 agents ont participé à l’opération qui a débuté l’année dernière lorsque la police a découvert un réseau impliqué dans le trafic de grandes quantités de cocaïne, de haschisch et de marijuana. Dirigée par des ressortissants espagnols, colombiens et dominicains, l’organisation était basée en Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne.

La proximité entre l’Espagne et le Maroc a depuis longtemps fait de ces deux pays une voie de fait pour le trafic de drogue entre l’Europe et l’Afrique.

En 2020, la police marocaine a saisi environ 132 kilogrammes de cocaïne, en baisse de 75% par rapport à 2019 alors que les saisies d’héroïne sont restées au même niveau et celles de cannabis ont augmenté de 37 tonnes par rapport à 2019, selon le rapport annuel de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Entre janvier et décembre de l’année dernière, la police marocaine a arrêté 97.564 personnes pour leur implication dans des affaires de trafic de drogue, un nombre en baisse de 23% par rapport à 2019.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.