Le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont reporté d’un an, jusqu’en 2022, leurs Assemblées annuelles qui devaient avoir lieu à Marrakech en octobre 2021, en raison de la pandémie de Covid-19.

Les Assemblées annuelles se tiennent généralement deux années de suite aux sièges du Groupe de la Banque mondiale et du FMI à Washington, puis dans un autre pays membre la troisième année.

La dernière fois que les Assemblées annuelles se sont tenues en Afrique, c’était en 1973, à Nairobi, au Kenya.

Les Assemblées annuelles rassemblent des gouverneurs de banques centrales, des ministres des finances et du développement, des cadres du secteur privé, des représentants de la société civile, des médias ainsi que des universitaires pour débattre de questions d’intérêt général telles que les perspectives économiques mondiales, la stabilité financière dans le monde, la lutte contre la pauvreté, la croissance économique inclusive et la création d’emplois, et le changement climatique, entre autres.

+ La pandémie a fait plonger l’économie mondiale dans la plus profonde récession depuis 1930 +

Selon le site émirati « The National », le FMI et la Banque mondiale fournissent une assistance financière et un allégement du service de la dette aux pays membres confrontés à l’impact économique de la pandémie de Covid-19.

Le FMI a mis environ 250 milliards de dollars, soit un quart de sa capacité de prêt de 1 milliard de dollars, à la disposition des pays membres.

Pour sa part, la Banque mondiale s’est engagée à mettre à disposition 160 milliards de dollars de subventions et de soutien financier sur une période de 15 mois pour aider les pays en développement à répondre aux impacts sanitaires, sociaux et économiques de la pandémie et de la crise économique.

La pandémie de Covid-19 a fait plonger l’économie mondiale dans la plus profonde récession depuis les années 1930. Le FMI s’attend à ce que la production mondiale recule de 4,4% cette année et s’attend à une reprise modérée, l’année prochaine. Le bailleur de fonds, basé à Washington, prévoit une contraction cette année de l’ordre de 5% des économies de la région MENA avant de connaître une croissance de 3,2% l’année prochaine.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.