Un groupe de chercheurs de l’Université de Cambridge et de l’Université d’Australie Occidentale a mis au jour au Maroc le fossile d’une étoile de mer qui remonte à 480 millions d’années, la plus ancienne jamais découverte à ce jour.

Dirigés par Aaron W. Hunter du département des sciences de la Terre de l’Université de Cambridge, les chercheurs ont découvert le fossile de l’étoile de mer dans le schiste de Fezouata à Zagora dans le centre de l’Anti-Atlas, selon le site Biology Letters de la prestigieuse institution britannique The Royal Society.

Dans leur étude, publiée mercredi dernier par la Royal Society, les chercheurs indiquent que l’espèce nouvellement identifiée remonte à la période dite de l’Ordovicien.

Nommée « Cantabrigiaster fezouataensis » par les chercheurs, l’étoile de mer qu’ils ont découverte a une forme différente d’une étoile de mer actuelle.

La plus ancienne a cinq bras soyeux, plus larges que ceux des étoiles de mer modernes.

« Le niveau de détail du fossile est incroyable, sa structure est si complexe qu’il nous a fallu un certain temps pour en comprendre la signification », a écrit Hunter.

+ Le chaînon manquant avec les ancêtres des fascinantes créatures marines +

La découverte représente le chaînon manquant avec les ancêtres des fascinantes créatures marines. Selon la même étude, avant cette nouvelle découverte, le plus ancien des spécimens d’étoiles de mer découvert était plus jeune de 50 millions d’années.

Le fossile découvert au Maroc aidera à comprendre comment les étoiles de mer et les animaux apparentés ont évolué, il y a des millions d’années.

« Si vous remontez le temps et que vous mettez la tête sous l’eau dans l’Ordovicien, alors vous ne reconnaîtriez aucun des organismes marins, à l’exception des étoiles de mer. Elles sont l’une des premières espèces modernes », a indiqué Hunter. « Trouver ce lien manquant avec leurs ancêtres est incroyablement passionnant », a-t-il ajouté.

Avec d’autres chercheurs, le paléoécologue évolutionniste espère répondre à d’autres questions concernant l’évolution de l’étoile de mer. « Une chose à laquelle nous espérons répondre à l’avenir est pourquoi les étoiles de mer ont développé leurs cinq bras », a-t-il ajouté.

Le Maroc a une longue histoire de découverte de fossiles. En 2017, des scientifiques ont découvert le plus ancien fossile d’Homo Sapiens au monde dans le site archéologique de Jebel Irhoud.

En octobre 2020, un autre groupe de scientifiques a découvert un petit dinosaure volant près du village de Hassi El Begaa dans la région de Kem Kem dans l’est marocain.

+ Une extreme diversité des reptiles marins dans les phosphates du Maroc +

Le petit dinosaure de l’espèce ptérosaure a été nommé Leptostomia begaansis, ce qui signifie « bouche mince » en grec, en référence au village marocain de Hassi El Begaa.

En novembre 2020, des chercheurs des universités de Zurich et de Chicago ont publié un article sur un ancien requin découvert par l’archéologue marocain Said Oukherbouch à Tafraoute, au Maroc en 2016.

Selon les chercheurs, l’ancien requin appartenant à l’espèce Ferromirum Oukherbouchi qui remonte à la fin de la période du Dévonien, il y a 360 et 375 millions d’années, aidera les scientifiques à mieux comprendre le fonctionnement des mâchoires de l’espèce.

Plus récemment, des chercheurs de plusieurs pays ont découvert au Maroc une nouvelle espèce de Mosasaure, un lézard marin aux dents coupantes en forme de requin, qui vivait au Crétacé il y a 72 à 66 millions d’années. La découverte de cette nouvelle espèce de mosasaure montre l’extrême diversité des reptiles marins dans les phosphates du Maroc.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.