Fini le suspense. Joe Biden est le Président « élu » des États-Unis d’Amérique. cela a été confirmé, ce lundi 14 décembre 2020. Ainsi, Etat par Etat, les grands électeurs ont confirmé sa victoire annoncée dès le 7 novembre, mais qu’une majorité de républicains conduits par Donald Trump refuse d’admettre.

Joe Biden, le démocrate est devenu officiellement le futur 46e président des Etats-Unis lorsque la Californie, qu’il a largement remportée au soir du 3 novembre, lui a apporté ses voix, mettant fin à un suspense entretenu par les fameux tweets du président sortant Donald Trump. Têtu, ce dernier refuse encore à se rendre à l’évidence, selon les chaînes de télévision américaines.

Prenant la parole quelques heures plus tard à Wilmington, sa ville d’adoption du Delaware, Joe Biden n’a pas caché sa satisfaction. Il a rendu « un vibrant hommage » aux fondements de la démocratie américaine, éprouvée, selon lui, par les accusations de « fraude » répétées par Donald Trump, mais dont ses avocats se sont montrés incapables de fournir la moindre preuve, selon le Washington Post.

+ Trente sept jours de guérilla judiciaire +

Au cours des trente-sept jours d’une véritable guérilla judiciaire, Joe Biden s’en était tenu à la plus grande réserve, présentant ces accusations comme une contrariété passagère qui se dissiperait d’elle-même. Lundi, l’ancien vice-président a administré au contraire une leçon civique à son adversaire :

« C’est une position extrême que nous n’avons jamais vue auparavant », a dénoncé Joe Biden lors d’un discours depuis son fief de Wilmington (Delaware), à propos des nombreux recours en justice engagés sans succès par le républicain pour faire invalider les résultats dans certains Etats. « Une position qui a refusé de respecter la volonté du peuple, de respecter l’Etat de droit, et refusé d’honorer notre constitution », a-t-il souligné.

Joe Biden s’était pour le moment gardé d’attaquer si frontalement Donald Trump sur le sujet.
« L’intégrité de nos élections a été préservée. Maintenant, il est temps de tourner la page. De nous rassembler », a invité le futur président des Etats-Unis.

Et d’ajouter: « La flamme de la démocratie a été allumée il y a longtemps dans ce pays. Et nous savons désormais que rien – ni même une pandémie ou un abus de pouvoir – ne peut éteindre cette flamme. »

In fine, la page tumultueuse de Donald Trump a été tournée.

Article19.ma