Une nouvelle affaire qui fait couler de l’encre. L’ONG Britannique Amnesty International a exprimé ce jeudi son inquiétude pour le sort du rappeur marocain Mohamed Mounir, alias Legnawi en état d’arrestation depuis le 1er novembre.

Dans un communiqué rendu public et dont Article19.ma a reçu une copie, Amnesty International signale : « S’il (Legnawi) est reconnu coupable, il encourt jusqu’à deux ans de prison et une amende de 5 000 Dirhams ».

Le rappeur En question a comparu la première fois devant un juge du tribunal de Salé, le 4 novembre dernier, mais son procès ne débutera que ce jeudi 14 novembre, précise l’ONG.

Son arrestation intervient quelques jours à peine après avoir publié un clip vidéo virulent intitulé « Aâch Achaab » (Vive le peuple), explique la même source.

« Il doit être libéré immédiatement et toutes les charges retenues contre lui dans cette absurde affaire doivent être abandonnées », proteste Heba Morayef, directrice d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Selon le site Hespress, Legnawi aurait en fait été intercepté suite aux « insultes à l’encontre d’un fonctionnaire de l’Etat (un policier en l’occurrence) » et que cette arrestation « n’a aucun rapport » avec le clip vidéo qui a enregistré des millions de vues sur YouTube.

Actualité – Le rappeur controversé Legnawi dans les filets de la justice pour avoir « insulté » la police

Le rappeur est incarcéré à la prison de Laârjat, dans la périphérie de Salé, depuis son arrestation, ajoute la même source.

Article19.ma