Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

*L’Economiste. :

– Le dernier rapport de la Cour des comptes épingle le gouvernement par rapport à la mise en œuvre des objectifs du développement durable (ODD) 2015-2030. Après avoir passé au crible les actions réalisées, le constat est sans équivoque. Les efforts consentis restent faibles. Les magistrats décrivent l’absence de leadership et de synergie entre les différentes parties. Ils pointent du doigt plusieurs dysfonctionnements : déficit de communication et de sensibilisation, absence d’efforts concrets de la part du gouvernement, manque d’instances de gouvernance, faible convergence de stratégies et programmes.

– Salaheddine Mezouar, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), a souligné l’urgence de liquider le stock des arriérés de paiement, faisant savoir que le stock des arriérés de paiement global entre Etat, collectivités territoriales, entreprises publiques et privées était de 400 milliards de DH à fin 2017. Dans un entretien accordé au journal, Mezouar a indiqué que la CGEM « est en train de réfléchir à mettre en place le prix du bon payeur », notant que les 150 entreprises, qui se sont inscrites, démontrent beaucoup de célérité dans leur système.

*Le Matin. :

– « Le Maroc dispose actuellement de pas moins de 139 programmes sociaux sans qu’il y ait une concordance réelle entre ces différents programmes », a fait savoir le Chef de gouvernement lors de son intervention à l’ouverture du quatrième Forum parlementaire sur la justice sociale. Le constat fait par Saâd Eddine El Othmani est sans appel. Il soulève ainsi les insuffisances du système de protection sociale au Maroc et la nécessité de la mise en place d’un dispositif de protection sociale intégré, homogène, efficace et efficient. El Othmani a ainsi fait savoir que l’Exécutif se penchait sur l’examen des recommandations issues des Assises nationales de la protection sociale, tenues dernièrement en présence des différents départements gouvernementaux et acteurs associatifs, afin de les fructifier pour l’élaboration d’un plan national de réforme du système de protection sociale.

– Le Maroc s’apprête à monter en puissance dans l’inclusion financière et la transformation numérique de son économie au profit des particuliers, des entreprises et des entrepreneurs. Il a sollicité un prêt d’environ 7 milliards de DH de la Banque mondiale pour ce chantier stratégique qui promeut des réformes permettant notamment de lever les obstacles aux investissements privés dans les secteurs financier et télécoms.

*Aujourd’hui le Maroc. :

– Sur 225 agences de voyages labellisées au niveau national, seules 25 agences sont labellisées à Marrakech et par conséquent autorisées à organiser le Hajj au titre de 1440/2019, a indiqué le président de l’Association régionale des agences de voyage de Marrakech-Safi (ARAVMS), Taoufik Madih. « Seules les agences de voyages labellisées sont habilitées à traiter avec les futurs pèlerins sur la base d’un contrat avec des clauses les liant et les engageant vis-à-vis des clients et sous le contrôle du ministère du tourisme », a-t-il dit lors d’une conférence de presse destinée à présenter les nouveautés concernant le nouveau cahier de charges ainsi que les produits et offres des agences de voyage labellisées à Marrakech, à l’occasion du début des inscriptions pour le Hajj 2019/1440.

– A la sortie d’une réunion de travail avec Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, c’est visiblement un sentiment général d’étonnement qui régnait parmi la délégation du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM) présente à la rencontre. « Nous ne comprenons ni l’acharnement ni l’entêtement du ministre à vouloir absolument ignorer l’avis pourtant très clair que vient de rendre le Conseil de la concurrence », indique d’emblée le président du GPM. Lors de cette réunion, la première au lendemain de l’avis du Conseil, Daoudi a clairement signifié aux membres du GPM que le gouvernement est décidé à plafonner les marges. Mais le plafonnement des marges est en réalité un retour à un système de prix réglementés fixés par l’Etat comme dans l’ancien dispositif de la compensation.

*L’Opinion. :

– Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé un nouveau Cadre de partenariat avec le Maroc, qui permettra de guider le programme d’assistance financière et technique du Groupe dans le Royaume au cours des six prochaines années. Le cadre de partenariat-pays (CPF) 2019-2024 vise à soutenir l’ambition du Maroc de renforcer son avantage concurrentiel dans l’économie mondiale tout en promouvant une prospérité partagée au sein de sa population, précise la Banque Mondiale dans un communiqué.

– « L’accord de libre-échange, conclu entre le Maroc et les États-Unis, n’a pas profité aux exportateurs marocains, de par la taille du marché américain et la complexité des procédures auxquelles les entreprises marocaines ne sont pas encore habituées », a fait savoir le président de l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), Hassan Sentissi El Idrissi lors d’une réunion avec la conseillère économique auprès de l’ambassade des États-Unis au Maroc, Nathalie Scharf. De son coté, Mme Scharf a mis l’accent sur les opportunités que les USA offrent aujourd’hui aux investisseurs et aux exportateurs marocains, invitant les opérateurs du Royaume à saisir l’occasion de la tenue du sommet de l’Investissement « Select USA » (10 au 12 juin 2019) qui accueillera des participants de haut niveau pour aider à établir des relations et développer des activités économiques.

*Al Bayane. :

– L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a reculé, en glissement annuel, de 0,4% au quatrième trimestre de 2018, permettant aux transactions de rebondir de 12,4%, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). Ce repli des prix reflète les baisses accusées par le foncier (-2,4%) et les biens à usage professionnel (-1,2%), précisent BAM et ANCFCC dans une note sur l’IPAI au T4-2018, soulignant que les prix du résidentiel ont, toutefois, augmenté de 0,8%.

– Une convention de partenariat portant sur le renforcement des capacités des acteurs associatifs, la contribution à la mise en œuvre de la démocratie participative et la consolidation du plaidoyer civil en faveur de la cause nationale, a été signée entre le ministère délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile et l’Université Cadi Ayyad (UCA). Cette convention s’assigne pour objectif de consolider le partenariat et la coopération entre les deux parties en vue d’assurer la réussite des programmes de formation visant le renforcement des capacités des acteurs associatifs dans les domaines inhérents au plaidoyer civil en faveur de la marocanité du Sahara et à la démocratie participative.

*Libération. :

– Le ministre espagnol de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation, Luis Planas, a indiqué que la visite officielle effectuée les 13 et 14 février par les Souverains espagnols au Maroc, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, « ne fait que témoigner de la stabilité, de l’amitié et de la confiance réciproque et des bonnes relations entre les deux Royaumes ». Cette visite, qui a été marquée notamment par la signature de 11 accords de coopération bilatérale dans plusieurs domaines, a été « un énorme succès », a-t-il dit.

– Une délégation marocaine ayant pris part à la 16ème édition de la Convention Europe-Afrique du Nord a exposé récemment à Bordeaux (ouest de la France), le nouveau modèle de développement économique et social, en cours d’examen au Maroc. Le modèle de développement à l’étude doit accorder la priorité à l’amélioration des revenus des citoyens, à la création de postes d’emplois et à la réduction des disparités sociales et territoriales, outre la réforme du système pédagogique et de la formation professionnelle et l’encouragement de l’apprentissage des langues, a affirmé Jaouad Kardoudi, président de l’Institut marocain des relations internationales (IMRI), qui a présidé la délégation marocaine à cette rencontre. Evoquant les fondements du modèle marocain de développement, Kardoudi a cité le développement économique, le marché intérieur et l’investissement public, les exportations et les investissements privés ainsi que la mise en oeuvre de la régionalisation avancée.

*Akhbar Alyaoum. :

– La tarification nationale de référence (TNR) instaurée dans le cadre du système de l’AMO serait suspendue en mars prochain, ont annoncé des cliniques privées, qui exigent une révision de cette tarification. Dans une déclaration au quotidien, Rédouane Semlali, président de l’association nationale des cliniques privées, affirme que le secteur applique toujours la TNR mise en place en 2006, alors qu’une révision de cette tarification devait intervenir en 2009, selon les lois en vigueur. Aujourd’hui, a-t-il déploré, la TNR n’a pas encore fait l’objet d’une révision, alors que les soins médicaux et autres prestations médicales ont nettement évolué, exigeant des moyens techniques modernes, sophistiqués et onéreux. Ce qui se répercute sur le coût des opérations de prestations de soins, puisque cela oblige les patients à débourser des sommes importantes en guise de complément aux frais assurés par l’assurance maladie.

– Ahmed Réda Chami, président du conseil économique, social et environnemental (CESE), a appelé à la réforme des mécanismes de la protection sociale pour s’aligner sur les normes internationales et trouver une formule appropriée à l’indemnisation du chômage. Chami a également révélé que seule une petite minorité des salariés du secteur privé était assurée contre les accidents du travail et les maladies professionnelles. De même, il a noté l’absence d’un régime dédié à la protection sociale de l’enfance, des personnes en situation de chômage et des personnes en situation de handicap. Face à ce constat, le patron du CESE a appelé à une réforme structurelle du système de protection sociale, de nature à garantir aux citoyens une couverture sociale adéquate et pérenne. Dans ce sens, le CESE a émis des recommandations afin de mettre en œuvre des politiques publiques de protection sociale avec les standards normatifs internationaux

– *Al Ahdat Al Maghribia. :

– Le taux de participation à la grève nationale aurait atteint les 100% dans le monde rural, alors que les régions du Nord, de Fès-Boulmane de Marraech Safi auraient enregistré un taux de 80%. L’annonce de ces chiffres a été dominée par des surenchères syndicales. Le secteur de l’enseignement aurait affiché un taux avoisinant les 30%, suivi par le secteur de la Santé (39%), ont indiqué des sources officielles au quotidien.

– Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, s’est entretenu avec Ilya Shestakov, vice-ministre russe de l’Agriculture et président de l’Agence Fédérale Russe des Pêches, en vue de renforcer le partenariat Maroc-Russie dans le domaine de la pêche maritime. Cet entretien s’est déroulé à bord du navire russe Alexandr Kosarev, mouillant au port d’Agadir et auquel Akhannouch a rendu visite en marge de la Conférence de Haut Niveau sur l’Initiative de la Ceinture Bleue, tenue ce mardi dans la capitale du Souss. Cette visite a été l’occasion de discuter du renouvellement de l’accord de coopération en matière de pêches maritimes Maroc-Russie qui prendra fin le 14 mars 2020. Les deux responsables ont évoqué le volet technique de cet accord ainsi que la coopération scientifique entre les deux pays.

*Al Alam. :

– Le ministère de la Santé n’a procédé à aucune évaluation pour arrêter l’écart entre les ressources nationales disponibles et le financement nécessaire pour honorer les engagements de 2030 relatifs à l’ODD, indique la Cour des comptes dans son rapport sur l’état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD (2015-2030). En fonction des objectifs et des cibles, le ministère de la Santé a identifié plusieurs partenaires, en l’occurrence les départements ministériels, les institutions publiques, la société civile et le secteur privé. Cependant, Cette identification des parties prenantes n’a pas été suivie de la mise en place d’un cadre de coordination et de rencontres pour aboutir à des actions visant à adopter des plans de travail et à identifier les priorités sur lesquelles des approches de synergie peuvent être développées

– La politique du médicament constitue, sans équivoque, un véritable cheval de bataille de la stratégie sanitaire du Maroc, a assuré Anass Doukkali, ministre de la Santé. Intervenant à l’ouverture d’une rencontre de communication et de concertation avec les principales associations d’industriels pharmaceutiques, Doukkali a souligné le rôle indéniable des industriels pharmaceutiques dans l’approvisionnement en médicaments et dans la lutte contre les médicaments falsifiés, réitérant l’engagement ferme de son département à œuvrer de concert avec l’ensemble des industriels pharmaceutiques, afin de lutter contre l’inégalité dans l’accès au médicament et mettre en place un modèle efficace d’approvisionnement et de gestion des médicaments.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– Le Maroc s’est engagé de « manière claire » pour mettre en œuvre le Programme 2030 des Objectifs de développement durable (ODD), a indiqué la Cour des comptes, relevant, toutefois, l’absence d’un cadre institutionnel chargé de la coordination entre les parties prenantes. La Cour a réalisé en 2018 une revue de l’état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD (2015-2030), qui a permis de constater que le Maroc « s’est engagé de manière claire pour mettre en œuvre le Programme 2030 ». Le Maroc dispose d’un cadre constitutionnel et législatif « favorable » pour mettre en œuvre ce programme, fait savoir la même source, rappelant qu’une consultation nationale a été organisée par le gouvernement en 2016 afin d’initier des consultations et un débat national entre les différents acteurs concernés par la mise en œuvre des ODD.

– Quelque 253.009 Marocains étaient affiliés à la sécurité sociale en Espagne à fin janvier dernier, indique le ministère espagnol du Travail, des migrations et de la sécurité sociale. Les Marocains se maintiennent à la tête du classement des travailleurs étrangers extracommunautaires cotisant à la sécurité sociale en Espagne, suivis des Chinois (103.479), des Équatoriens (70.644) et des Colombiens (61.834), précise le ministère dans un communiqué.

*Al Massae. :

– La Cour des comptes a appelé le Maroc à prendre les mesures nécessaires pour réduire l’écart enregistré au niveau des cibles non atteintes, notamment en matière de généralisation de l’enseignement secondaire, de promotion de la scolarisation des filles, notamment en milieu rural et d’amélioration de la qualité de l’enseignement. Dans un rapport sur l’état de préparation du Maroc pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable 2015-2030, la Cour a également recommandé d’activer les travaux de convergence et de mise en cohérence de la stratégie nationale du développement durable et des stratégies sectorielles et le plan national à retenir pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable. La Cour a constaté que le gouvernement n’a pas défini d’approche officielle pour mettre en œuvre le Programme 2030 et les ODD. Par ailleurs, aucun organisme n’a été désigné pour piloter la préparation a la mise en œuvre du Programme 2030, relève le rapport.

– Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des affaires générales de la gouvernance, s’est réuni avec les représentants des sociétés des carburants dans une atmosphère tendue. La cause ? Les divergences de vues entre le gouvernement et le groupement des pétroliers sur le plafonnement des marges bénéficiaires. Après des échanges vifs entre Daoudi et les représentants des sociétés, les deux partis se sont accordées à tenir une autre réunion. Les sociétés semblent avoir envoyé au ministre des signaux signifiant leur consentement à signer un accord avec le gouvernement, permettant de fixer des marges plafonds de bénéfices.

*Bayane Alyaoum. :

– L’association Relais-Prison-Société a présenté un mémorandum en faveur d’une législation pénale et institutionnelle indépendante, en vue de préserver les droits des mineurs en conflit avec la loi. Présenté lors d’une table ronde, organisée en partenariat avec la direction des affaires pénales et des grâces au ministère de la Justice, ce mémorandum a souligné la nécessité de mettre en place des règles avancées et indépendantes, prenant en considération la nature et la spécificité des mineurs et des actes incriminés qu’ils commettent. A cet effet, le mémorandum propose un ensemble de principes pour le développement du système juridique spécifique pour les mineurs en conflit avec la loi. – Le Conseil d’Administration de la MGPAP a appelé la Chambre des conseillers à préserver les biens et les fonds de la CNOPS. Il a également exhorté la Chambre à ne pas porter préjudice aux acquis obtenus durant des années. Cet appel fait suite à l’approbation de la Chambre des représentants du projet portant transformation de la CNOPS en établissement public. Le conseil d’administration a estimé que l’élaboration du décret portant transformation de la CNOPS s’est déroulée dans la précipitation et n’a pas associé tous les intervenants du secteur de la couverture médicale.

*Rissalat Al Oumma. :

– Nezha El Ouafi, secrétaire d’État chargée du Développement durable a signé, mardi dans la capitale belge, au nom du Maroc, la Déclaration de Bruxelles sur le changement climatique et la préservation des océans. Cette déclaration, qui a été signée par plusieurs ministres de l’Environnement et du développement durable, vise à encourager les pays à prendre des initiatives et des actions pour préserver et protéger les océans des dommages risques environnementaux et les interpelle à intégrer dans leurs Contributions nationales déterminées (NDC) des actions et mesures visant la préservation des océans.

– Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a indiqué que l’exécutif se penche sur la réforme du système de protection sociale afin d’améliorer son efficacité. Intervenant à l’ouverture de la 4ème édition du Forum parlementaire sur la justice sociale, El Otmani a affirmé que l’action du gouvernement focalise essentiellement sur la mise en place d’un dispositif de protection sociale intégré, homogène, efficace et efficient. Le renforcement de ce dispositif vise, notamment, la généralisation progressive de la couverture sociale, pour englober tous les risques sociaux et les différentes catégories, a-t-il expliqué. TRA.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.