A la UneCulture & Médias

Médias – « 536 demandes de création de journaux électroniques enregistrées à fin octobre 2017 », selon le ministre de la Com.

Les médias électroniques envahissent de plus le monde de la presse. Et pour cause, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj a indiqué, lundi, que son département a reçu pas moins de 536 demandes de création de journaux électroniques à fin octobre 2017.



Ces demandes ont été réparties entre les déclarations de parution, selon le concept de l’ancienne loi sur la presse et la publication et les certificats de dépôt de journaux électroniques auprès du parquet général du Royaume, conformément à la loi en vigueur, affirme-t-il.

Répondant à une question orale du groupe du Rassemblement constitutionnel à la Chambre des représentants, sur « la réglementation du secteur de la presse électronique », M. Laaraj a expliqué que le ministère accompagne ce secteur par le lancement d’un programme ayant permis la qualification des professionnels du secteur, à travers des formations initiales et continues dans une vision globale et intégrée, incluant les aspects relatifs au cadre réglementaire et juridique, au modèle économique des entreprises de la presse électronique, à l’éthique, à la propriété intellectuelle et au soutien public, en vue de permettre au secteur de disposer des outils techniques et professionnels afin qu’il puisse accomplir au mieux sa mission.

Il a relevé que le conseil national de la presse, qui est en cours de création en tant qu’organe professionnel indépendant et élu, permettra l’autorégulation du secteur de la presse écrite et électronique, ainsi que la mise en place de ses règles d’éthique et de développement, pour sa modernisation et sa mise à niveau. Le conseil veillera également à ce que les institutions médiatiques écrites et électroniques respectent l’éthique de la profession.

Le conseil accordera des cartes de presse professionnelles en vertu de l’article 6 de la loi n° 89.13, conformément à des conditions stipulées par cette loi, a fait savoir le ministre, considérant que les plus importants paris pour la création de ce conseil, reposent sur sa capacité à permettre aux journalistes professionnels d’exercer leurs fonctions dans le respect total des dispositions de la législation en vigueur et du code de déontologie conformément à l’article 29 de la même loi.

Article19.ma

Tags

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close