Quand l’action caritative se transforme en « corruption » électorale

dans Point de Vue

-Par Ahmed Assid



 

Il semble que la corruption pourrait revêtir mille masques, tout comme celui qui mène sa campagne électorale au nom de la lutte contre la corruption pourrait être le plus grand corrompu et corrupteur sans se faire prendre ou être démasqué. Il suffit qu’il se serve de la mosquée et des prédicateurs (qui prêchent la bonne parole puis s’adonnent aux vices) ou de l’action caritative, mais tant que le mensonge ne fait pas long feu tout finit par se savoir et par se dévoiler.

Les partis de la Fédération de la gauche ont publié, il y a quelques jours, un communiqué dénonçant des associations affiliées au Parti justice et développement qui ont distribué des moutons pour Aid Al Adha et de l’argent ainsi que des produits alimentaires dans la région de Sidi Slimane, des distributions que la presse a révélées dans d’autres régions. D’ailleurs, plusieurs parties ont saisi à ce sujet les autorités locales pour les en informer.

Nous avons à maintes reprises relevé que les milliers d’associations créées pendant la période du ministre Choubani étaient presque toutes affiliées au parti (le PJD), financées par les fonds publics et par les notables qui partagent les intérêts des élus locaux du parti de la lampe. Nous avons aussi, plusieurs fois, souligné que la grande mission de ces associations apparaîtra lors des campagnes électorales en ce sens qu’elles recourront de manière importante à l’achat des consciences sous le couvert de l’action caritative.

Pourquoi le PJD ne se contente pas uniquement de son action auprès des citoyens tout au long de cette période, n’a-t-il pas dit qu’il est un parti qui agit pour le bien du « peuple », qu’il est « le représentant du peuple » et qu’il bénéficie de la confiance du « peuple » ? Si ceci était vrai, ne serait-il pas suffisant pour que ce « peuple » lui renouvelle sa confiance ? Pourquoi a-t-il besoin de corrompre les citoyens pour gagner leurs voix ? En plus de ces interrogations, les lecteurs pourraient poser une question légitime : pourquoi nous consacrons toutes ces critiques au PJD au moment où plusieurs autres partis mènent des actions similaires ? c’est à dire qu’eux aussi corrompent, jours et nuits, avant et pendant la compagne et, même le jour du vote. Notre réponse : nous le faisons pour deux raisons.

La première c’est que la différence entre ce parti islamiste et les autres partis est que ces derniers pratiquent la corruption dans le silence sans prétendre être propres ou « combattre la corruption ». Implicitement, ils considèrent que l’argent est un levier électoral et savent que le pouvoir en a besoin, sachant que l’argent contribue à hausser le taux de participation, car sans l’argent le taux de participation n’atteindra même pas les 18 pc. Mais le PJD a fondé sa légitimité électorale sur le slogan de « la lutte contre la corruption » et contre « attahakoum » (l’hégémonisme) sans qu’il parvient à réaliser le contenu de ce slogan et, finalement, faire partie des corrupteurs en corrompant les citoyens à quelques semaines des élections d’une manière qui contribue grandement à gâcher la vie politique et à empêcher l’émergence chez le citoyen d’une conscience à la hauteur de l’opération démocratique en ce sens qu’il pousse les gens, tout comme les autres, à vendre leurs voix à bas prix et diffuse ces mêmes valeurs qui ont mené à faire fuir une grande partie de marocains et à perdre leur confiance en les institutions.

La seconde raison est que du point de vue moral, il est considéré comme étant une bévue grave de corrompre les citoyens sous le couvert d’une action noble, à savoir, l’action caritative que les véritables bienfaiteurs accomplissent à travers le Maroc, par pudeur, sous le couvert de l’anonymat alors que les associations du PJD en distribuant ce qu’elles distribuent tout en prétendant venir en aide aux démunis puis revenir vers ces derniers pour leur demander d’accorder leurs voix contre ce dont ils ont bénéficié comme dons. Ceci est un comportement des plus abjects et n’a rien à voir avec l’action caritative et humanitaire.

Parmi les résultats de la corruption électorale scandaleuse est que les urnes ne sont pas affectées par le bilan gouvernemental tout comme le vote sanction n’aura aucun sens et l’établissement d’un lien entre la responsabilité et la reddition de compte deviendra un mythe sans rapport aucun avec l’opération de vote. De même que le parti honnête est le seul finalement qui sera soumis sévèrement à rendre des comptes et pourra perdre ses partisans et sa popularité. Car ce n’est pas le bilan de l’action gouvernementale ou parlementaire qui détermine le résultat électoral mais, uniquement, la « proximité » suspecte des citoyens en les corrompant au moment opportun. Bienheureux soient ceux qui propagent la corruption !

Article19.ma

Vous pouvez également lire!

MÉTÉO – Temps froid à partir de ce dimanche jusqu’au mardi dans plusieurs régions du Maroc

La Direction de la Météorologie nationale (DMN) prévoit une baisse sensible des températures à partir de ce dimanche jusqu’au

Read More...

CAN-2017 (groupe C) : Contre la RDC, nous nous attendons à un « adversaire de taille’’

Le sélectionneur marocain Hervé Renard a indiqué, dimanche à Oyem (nord), que la République Démocratique du Congo (RDC), adversaire

Read More...

Laissez un commentaire::

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Mobile Sliding Menu