Histoire – Légation américaine de Tanger: Le plus ancien bâtiment diplomatique US au monde, une curiosité incontournable

dans Art & Culture

Offerte en 1821 aux État-Unis d’Amérique par le Sultan Moulay Slimane, la légation américaine de Tanger est la première propriété publique américaine en dehors des États-Unis.



Situé dans la médina de Tanger, ce bâtiment de quatre étages fut un consulat durant 135 ans. Aujourd’hui, la bâtisse témoigne des relations culturelles et diplomatiques historiques entre les États-Unis et le Royaume du Maroc.

Rebaptisé « Institut de la Légion américaine de Tanger pour les études marocaines », ce monument constitue de ce fait un centre culturel, un musée et une bibliothèque de recherche, se concentrant sur les études de langue arabe.

La légation a été inscrite au registre national des lieux historiques des États-Unis le 8 janvier 1981. Le secrétaire américain de l’Intérieur, James G. Watt, l’a ensuite désignée comme un lieu historique national le 17 décembre 1982. C’était la première (et la seule) désignation dans un pays étranger.

Le bâtiment a été ensuite porté sur le Registre des biens culturels des États-Unis d’Amérique, une liste des propriétés du Département d’État dans le monde qui ont une importance culturelle ou historique particulière.

Plus qu’un centre culturel ou un musée, la Légation américaine de Tanger représente ainsi une illustration des relations séculaires liant le Maroc et les Etats-Unis.

Nonobstant sa vocation de point de rencontre pour les chercheurs américains, la Légation s’est toujours fixée pour tâche de s’ouvrir sur son environnement immédiat, et partant, sur la société marocaine.

A l’heure actuelle, elle est considérée comme l’unique monument historique américain situé en dehors des Etats-Unis et la première représentation diplomatique américaine dans le Royaume.

En 1777, le Maroc fut le premier pays à reconnaître officiellement l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique par le Sultan Moulay Abdellah et en symbole de cette nouvelle amitié, le Sultan Moulay Slimane décida en 1821 d’offrir à l’Amérique, en la personne de son président James Monroe, une représentation diplomatique à Tanger jusqu’à la construction du consulat américain à Casablanca et de l’ambassade à Rabat, comme l’a souligné le directeur du musée, John Davison.

Ainsi, durant plus de 140 ans et jusqu’en 1976, ce don du Maroc allait abriter une représentation consulaire et diplomatique américaine avant d’être reconverti en musée.

La légation américaine acquit sa plus grande renommée sous le consulat de Maxwell Blake, qui, arrivé à Tanger en 1910, y séjourna pendant 25 ans en tant que représentant des Etats-Unis.

En 1976, à l’occasion du bicentenaire de l’indépendance des Etats-Unis, des dons privés collectés auprès d’amis et de nostalgiques de la perle du Détroit ont rendu possible la création d’une Fondation qui a converti la légation américaine en musée et centre culturel.

Ce musée présente du mobilier et des peintures de James McBey, Yves Brayer, Charles Baskerville, Cecil Beaton et de Stewart Church.

On y découvre aussi une belle collection de tapis et meubles d’époque, de cartes postales et gravures anciennes, des toiles de Hamri, Delacroix et El Glaoui, mais également la collection de soldats de plomb du milliardaire Malcom Forbes (qui était autrefois exposée dans son palais au quartier Mershan).

Certaines œuvres exposées s’intéressent à l’histoire du Maroc depuis le XVIIIe siècle, alors que d’autres évoquent le Royaume tel que perçu par Delacroix ou Matisse.

Le musée abrite également une intéressante bibliothèque spécialisée dans l’histoire du Maroc et du Maghreb et qui a été restaurée en 1920 peu avant que Tanger ne soit placée sous mandat international (1906-1956).

C’est d’ailleurs la seule bibliothèque de langue anglaise du Royaume, un patrimoine commun aux deux pays.

Le musée, à l’architecture purement marocaine, renferme des pièces de musée ainsi que des œuvres d’art d’une grande valeur. Il dispose également d’une bibliothèque de recherche et une salle de conférence.

Le bâtiment historique de l’Institut Américain d’Études Marocaines de Tanger comprend désormais une aile entière consacrée à l’écrivain et compositeur expatrié Paul Bowles.

La plus célèbre photo du musée est sans conteste celle du sultan Mohammed V avec le président américain Franklin Roosevelt et le Premier ministre britannique Winston churchel. C’était en 1943 à la conférence d’Anfa.

Aujourd’hui, la Société des musées de la légation américaine de Tanger loue la structure, qui appartient toujours au gouvernement des États-Unis.

L’institut dispense des cours d’anglais, des sessions d’alphabétisation et d’apprentissage de petits métiers, en partenariat avec des associations locales, au profit des femmes du quartier Ben Ider pour les aider à améliorer leurs conditions de vie.

De par son histoire chargée et son rayonnement culturel incontestable, la Légation américaine constitue un site touristique de premier plan à Tanger. Tous les visiteurs de la ville du Détroit, Marocains ou étrangers, tiennent absolument à le voir surtout que son étage supérieur offre une vie imprenable sur la mer et l’ancienne Medina.

Article19.ma

Vous pouvez également lire!

Daech – Deux marocains condamnés en Turquie pour appartenance au « défunt » État Islamique

L’Etat Islamique a disparu mais ses serviteurs sont toujours dans la nature. Mais lors d’un contrôle de routine dans la

Read More...

Dirham – Boussaid convoqué devant les deux Chambres sur la réforme du régime de change

Pour mettre fin à la confusion et couper court aux spéculations, la commission des finances et du développement économique

Read More...

Nador: Suicide par pendaison d’un individu en garde à vue dans les locaux de la Brigade de la Gendarmerie Royale de Laroui

Un individu gardé à vue à la Brigade territoriale de la Gendarmerie Royale de Laroui (Nador), pour violences contre

Read More...

Laissez un commentaire::

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Mobile Sliding Menu