Les marocains sont en majorité en faveur du don et de la greffe d’organes, mais très peu d’entre eux le font savoir. Car, la mort et le don d’organes restent des sujets tabous», constate l’Association marocaine de lutte contre les maladies rénales, (REINS).

L’association présidée par  le Pr Amal Bourquia a lancé récemment une pétition, à l’occasion du dixième anniversaire de sa fondation et de la 10ème Journée mondiale du don et de la greffe d’organes.
La pétition, qui a pour l’instant recueilli moins de mille signatures, appelle à un débat national sur le don et la greffe d’organes au Maroc.

Pour Association, il s’agit surtout d’attitrer l’attention du gouvernement, des élus et responsables sociaux, politiques et éducatifs sur un sujet qui mérite une réflexion approfondie, d’autant plus que « le Maroc accuse un retard énorme concernant la greffe d’organes en général et rénale en particulier ».

Il est à rappeler qu’environ 1 million de Marocains ont une maladie rénale chronique dont 300.000 nécessitent chaque année un traitement par dialyse chronique qui pourraient être traitée par une greffe de rein.

Entre-temps, et dans le but de faire avancer les choses, l’Association REINS estime qu’il est important d’informer les citoyens sur ce moyen thérapeutique, les aider à réfléchir à ce geste de solidarité et les encourager à faire don de leur organe pour sauver des vies; de s’engager à promouvoir davantage une véritable culture du don et de la solidarité tout en s’assurant que les informations fournies permettent d’exercer un choix libre et éclairé; développer le registre national du don d’organes et faciliter les modalités d’inscription et de sensibiliser les professionnels de santé pour expliquer les conditions du don et accompagner les familles dans leur choix.

Article19.ma/libe.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.