Revue de presse du vendredi 14 septembre 2018

share on:

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

*Le Matin. :

– Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid a représenté SM le Roi Mohammed VI aux funérailles de l’ancien Secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, qui se sont déroulées jeudi à Accra. SAR le Prince Moulay Rachid était accompagné lors de ces funérailles nationales de l’ambassadeur du Maroc au Ghana, Mohamed Farahat. Des Chefs d’État africains, dont les présidents ivoirien Alassane Ouattara et libérien George Weah, le SG de l’ONU, Antonio Guterres, ainsi que plusieurs personnalités venues du monde entier ont assisté à ces funérailles nationales.

– Le Maroc continue de représenter un marché stratégique pour les céréales françaises. Le 9 octobre prochain, les professionnels de l’Hexagone prévoient d’organiser à Casablanca un séminaire de présentation de l’offre céréalière française pour la campagne 2018-2019. Initié par France Export Céréales, l’association de promotion internationale des céréales françaises, cet événement s’inscrit dans le cadre des « Rencontres franco-marocaines des céréales », pour l’année 2018. En 2016, alors que le marché marocain avait exprimé une forte demande, la France n’a pu accaparer que 8% (330 kilotonne) du marché marocain durant la campagne de commercialisation 2016-2017 de blé tendre. Néanmoins, les céréaliculteurs français ciblaient 50% des importations marocaines en blé tendre, soit plus de 1,57 Mt afin de retrouver leur rang de premier fournisseur du Royaume.

*L’Economiste.:

– L’affaire Stoc industrie restera dans les annales judiciaires. Cette société, cotée en Bourse, est la première à bénéficier d’un plan de sauvegarde. Une mesure intégrée par la toute fraîche réforme d’avril 2018 du code de commerce. Ce plan de sauvegarde vient s’ajouter aux mesures destinées aux entreprises en difficulté. Les juges se sont appuyés notamment sur une expertise judiciaire des comptes. Instructif : une « comptabilité régulière et un savoir-faire reconnu » peuvent servir aussi à sauver une entreprise en difficulté. La justice relève aussi que Stoc industrie respecte ses engagements vis-à-vis de ses fournisseurs et ses clients. – Cela fait près de trois ans que les écoles et universités privées ont obtenu l’équivalent des titres qu’elles délivrent. Cependant, cette reconnaissance, même si elle confère un avantage concurrentiel certain, n’est pas forcément la panacée. Le marché reste le juge suprême. Le secteur, qui capte à peine 5,5% des effectifs du supérieur, fait face à de nombreuses contraintes. Dans le public, les effectifs montent en flèche depuis 2010, tandis que dans le privé la progression est beaucoup plus lente. Les frais de scolarité font partie des principaux freins au développement du secteur.

*Al Bayane.:

– La dimension sociale est une des priorités de l’action gouvernementale d’autant plus qu’elle est liée aux droits des citoyens à l’accès à des prestations sociales de meilleure qualité, leur garantissant une vie digne, a indiqué le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, réitérant l’engagement du gouvernement à poursuivre la promotion de la situation sociale des citoyens dans différents secteurs notamment l’éducation, la formation, la santé, l’emploi, l’habitat. Il s’agit également de réduire les disparités sociales et territoriales, de soutenir le pouvoir d’achat, de faire face à la pauvreté et à la précarité et de maintenir la cohésion sociale et les liens familiaux, dans une atmosphère de solidarité entre toutes les catégories du peuple marocain, indique le chef du gouvernement.

– Le conseil des ministres arabes des Affaires étrangères a salué les efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, pour la protection de la ville sainte et le soutien du peuple palestinien. Les ministres arabes, réunis lors de la 150è session du conseil de la Ligue arabe au Caire, ont loué les efforts de l’Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif, relevant du Comité Al Qods, pour la préservation de l’identité arabe et islamique de la ville d’Al Qods. Dans le même sillage, le conseil a affirmé son rejet sans équivoque de l’acte raciste israélien sans précédent, légiféré par la Knesset israélienne et appelé « Israël, l’État-nation du peuple juif ».

*L’opinion.:

– La loi 103.13 relative à la lutte contre la violence faite aux femmes sera, décidément, à l’épreuve après son entrée en vigueur, ce mercredi. Il s’agit du couronnement d’un long processus de lutte mené par les mouvements féministes et les associations s’activant dans ce domaine, au service de la consolidation des droits de la femme marocaine, et ce en parfaite harmonie avec les dispositions de la Constitution marocaine. Cette loi, qui a suscité un débat public sans précédent, vise à mettre un terme à la violence à l’égard des femmes expliquée selon plusieurs observateurs par les clichés et les stéréotypes sur les femmes ancrés dans la société, l’analphabétisme, les disparités sociales, ainsi que la pauvreté qui affecte négativement et profondément la gent féminine.

– Le secteur meunier se retrouve désormais sur la liste des secteurs à risque. Ce qui suggère d’être sur le viseur des établissements bancaires. Durant ces dernières années, la relation entre les minotiers et le secteur bancaire est en chute libre. Le secteur meunier a été très critiqué par les établissements bancaires, ces huit dernières années. En effet, celles-ci n’ont pas hésité à financer des tas de projets. Mais, selon les professionnels eux-mêmes, la surcapacité a mis à mal les moulins, et la mauvaise gestion de certains opérateurs n’a fait que précipiter la dégringolade du secteur meunier. Actuellement, plusieurs moulins se trouvent dans de grandes difficultés, ce qui a amené les banques à placer le secteur dans leur watchlist.

*Aujourd’hui le Maroc.:

– Un total de 7 millions de touristes ont visité le Maroc durant les sept premiers mois de l’année 2018, en progression de 7% par rapport à la même période un an plus tôt, selon l’Observatoire du tourisme. Le nombre des touristes étrangers (TES) a progressé de 15%, alors que les arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont diminué de 1%, indique l’Observatoire qui vient de publier ses statistiques sur le tourisme marocain pour le mois de juillet 2018. Cette hausse a concerné les principaux marchés émetteurs, en particulier l’Italie (14%), l’Allemagne (9%), la France (6%) et le Royaume-Uni (5%).

– En attendant une prochaine réunion qui pourrait intervenir dans les prochains jours, gouvernement et syndicats multiplient les sorties médiatiques pour poser leurs conditions. Dans ce sens, les centrales syndicales s’attendent toujours à une hausse généralisée des salaires. C’est le cas notamment pour l’UMT, la CDT et l’UGTM. Les syndicats avaient ainsi rejeté une première proposition gouvernementale lors des derniers rounds consistant à augmenter les salaires de moins de 5.000 DH dans la fonction publique de 300 DH étalés sur trois années. Les syndicalistes s’attendent à une hausse de comprise entre 400 et 600 DH. Au moment où ceux-ci préfèrent parler d’une hausse de salaire, le gouvernement préfère axer les négociations sur un package comprenant plusieurs mesures visant à améliorer les revenus des fonctionnaires et les salariés.

*Libération. :

– Sur invitation du président du Parlement néo-zélandais, Trevor Mallard, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, effectue actuellement une visite de travail à Wellington à la tête d’une délégation parlementaire. Lors de cette entrevue, El Malki a appelé à davantage de renforcement des relations bilatérales dans plusieurs domaines (agriculture, énergies renouvelables, pêche, tourisme…), soulignant que les institutions législatives des deux pays peuvent jouer un rôle dans ce sens, d’autant plus que le Groupe d’amitié maroco-néo-zélandais est à même de développer lesdites relations.

– Question de timing, on ne pouvait faire mieux. Alors que plusieurs affaires d’agressions sexuelles défrayent la chronique, la loi 103-13 relative à la lutte contre les violences à l’égard des femmes, publiée il y a six mois au Bulletin officiel, est entrée en vigueur le 12 septembre. Malgré les nombreuses garanties qu’elle apporte d’un côté, cette loi fait l’objet de plusieurs critiques émises par les associations des droits des femmes. Les associations pointent du doigt l’absence de pénalisation du viol conjugal ou encore le manque de précision ayant trait à certaines dispositions, comme dans le cas du mariage, sanctionné mais uniquement en cas d’utilisation de violences ou de menaces.

*Al Ahdath Al Maghribia. :

– Les jeunes du RNI ont tenu une réunion avec le chef du parti, Aziz Akhannouch, pour examiner les derniers préparatifs afin de réussir la deuxième session de l’Université d’été, qui sera organisée par les jeunes de la ville de Marrakech les 21 et 22 septembre courant. Lors de cette réunion, Akhannouch a souligné la nécessité d’adhérer aux nobles qualités politiques et de maintenir l’esprit et les valeurs d’une implication nationale responsable et efficace dans les structures organisationnelles et politiques du parti. Ce dernier adopte un discours clair et franc emprunt d’un optimisme et d’une confiance dans l’avenir, ainsi que dans la capacité du pays à donner de la crédibilité à l’action politique, en rupture avec les discours qui sous-estiment les efforts déployés, explique-t-il.

– Le ministère de l’Education nationale a décidé de permettre l’accès aux professeurs contractuels travaillant dans le monde rural pour bénéficier de résidences administratives à l’instar du reste du personnel. L’autorité de tutelle a adressé une lettre aux directeurs des académies régionales, aux directeurs régionaux et aux établissements d’enseignement public pour attribuer aux professeurs employés sous contrat les logements situés dans les zones rurales, et ce en raison de la difficulté de trouver un logement dans ces zones.

*Al Alam. :

– La loi sur les travailleurs domestiques entre en vigueur en octobre prochain. Cette loi prévoit l’âge minimum de ces travailleurs à 18 ans et interdit l’emploi de personnes de moins de 16 ans. S’agissant des personnes âgées de 16 à 18 ans, ils doivent obtenir de leurs parents une autorisation écrite et légalisée en vue de la signature du contrat de travail. Cette loi vise à fixer les conditions de travail et de recrutement de cette catégorie, à réglementer les relations entre les travailleurs domestiques et leurs employeurs et à garantir la protection sociale et les droits économiques et sociaux pour les protéger contre tout abus.

– Le chef du ministère public a appelé les procureurs généraux du Roi près les cours d’appel et les procureurs du Roi près les tribunaux de première instance à redoubler d’efforts pour l’application des dispositions de la loi relative à l’interdiction de la fabrication et de la commercialisation des sacs en plastique, ainsi que la répression des contrevenants. Dans une circulaire publiée à cet effet, la présidence du ministère public a ainsi exhorté les procureurs généraux du Roi près les Cours d’appel et les procureurs du Roi près les tribunaux de première instance à hâter les investigations liées aux infractions stipulées par la loi précitée, à prêter main forte aux services administratifs chargés d’enquêter et d’établir le cas échéant des procès-verbaux relatifs à des contraventions, et à procéder à la saisie des outils, machines et divers objets utilisés dans le crime, tout en sollicitant la fermeture des locaux conformément à la loi.

*Akhir Saa.:

– Le nombre de Marocains sous-alimentés est passé de 1,2 million en 2016 à 1,4 million en 2017, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le nombre d’adultes atteints d’obésité atteint 5,9 millions en 2016, soit une augmentation de 25%, indique le rapport de la FAO sur l’état de la sécurité alimentaire et la nutrition dans le monde. Le nombre de femmes marocaines en âge de procréer (19 à 45 ans) souffrant d’anémie a été de l’ordre de 3,5 millions.

– Après le débat sur l’usage d’expressions en dialecte marocain dans les manuels scolaires du cycle primaire, la Chambre des représentants a décidé d’inviter le ministre de l’Education nationale, Said Amzazi. Ce dernier sera auditionné par les députés de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication. Cette audition aura lieu le 18 ou le 19 septembre, selon des sources du journal .

*Akhbar Al Yaoum. :

– Le gouvernement El Othmani s’apprête à adopter un nouveau projet de loi relatif au système de ciblage des bénéficiaires de programmes de protection sociale. Cette adoption interviendra après la mise en place par le ministère de l’Intérieur d’une plateforme informatique pour le registre social unifié qui fournira une carte permettant à tout citoyen bénéficiant de programmes sociaux de profiter des prestations sociales. Le projet vise à garantir aux citoyens de bénéficier des différents programmes de soutien proposés par les différents secteurs ministériels, tels que le programme Taysir de soutien scolaire dans le monde rural, le régime d’assistance médical, Ramed, et le programme de soutien aux femmes divorcées, veuves ou abandonnées. – La ville de Rabat s’oriente vers une prolongation de trois ans de la levée des droits de douane sur les vêtements et les produits textiles turcs, comme le confirment des acteurs du textile et de l’habillement. La décision conjointe des ministères des Finances et de l’Industrie est entrée en vigueur le 9 janvier dernier. Elle vise à « réduire l’expansion des produits turcs et à améliorer la compétitivité du produit national ».

*Al Massae. :

– La Caisse marocaine des retraites (CMR) s’apprête à investir dans l’immobilier. Selon des sources informées, la CMR a eu recours à Colliers international Maroc pour assurer l’exécution de sa stratégie d’investissement, qui exige un montant d’environ 400.000 DH. A travers cet investissement, la CMR cherche à renforcer ses ressources et valoriser ses investissements afin d’accroitre sa performance sur fond des difficultés auxquelles elle est confrontée.

– Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier un numéro spécial de sa revue mensuelle sur la digitalisation. Paru sous le thème «Digitalisation : quel impact sur les entreprises marocaines», le document met en avant plusieurs axes, dont les nouveaux défis de l’entreprise marocaine à l’ère de la digitalisation, le prolongement des délais de paiement, la situation de l’endettement externe des sociétés non financières, en plus de l’intégration du secteur informel.

*Bayane Alyaoum. :

– La situation provisoire des charges et ressources des collectivités territoriales dégage un excédent budgétaire de 4,4 milliards de dirhams (MMDH) à fin juillet 2018, contre 4,3 MMDH durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Cet excédent tient compte des dépenses d’investissement de 6 MMDH et d’un solde positif de 464 millions de dirhams (MDH) dégagé par les comptes spéciaux et les budgets annexes, indique la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances locales de juillet 2018.

– Les exportations des produits agro-alimentaires ont enregistré une croissance importante ces dernières années, en passant de 29,3 milliards de dirhams (MMDH) en 2010 à 53,5 MMDH en 2017, soit une croissance de 83%, indique l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE). Cette évolution positive de la valeur des exportations a permis au secteur de se positionner comme deuxième source de devises pour le Maroc, avec une part d’environ 22% par rapport aux exportations totales, relève l’EACCE dans un communiqué publié à l’issue de son Conseil d’administration.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– Le ministère espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération a été interpellé au sujet de la situation des femmes sahraouies, dont certaines possèdent la nationalité espagnole, retenues contre leur gré dans les camps de Tindouf, en territoire algérien. En effet, des membres de « La Libertad es su derecho », une association espagnole qui dénonce le kidnapping de dizaines de femmes retenues contre leur gré à Tindouf, ont été reçus mardi à Madrid par le secrétaire d’Etat espagnol aux affaires étrangères, Fernando Martín Valenzuela. Lors de cette réunion, la porte-parole de l’association, Elisa Pavón, a évoqué l’état d’avancement de la plainte déposée à ce sujet auprès du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, ainsi que de l’appel lancé par la Commission des pétitions (PETI) du Parlement européen aux institutions européennes pour agir contre cette violation des droits de l’Homme commise avec la complicité du polisario.

– Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a eu mercredi à Bucarest un entretien avec la Première ministre de la Roumanie, Mme Viorica Dancila, axé notamment sur les moyens de raffermir la coopération bilatérale. Lors de cette rencontre, les deux parties ont souligné l’importance de donner une nouvelle impulsion au partenariat entre le Maroc et la Roumanie. Bourita a également rencontré la première vice-présidente du Parlement roumain, Mme Corina Cretu. Cette entrevue a été l’occasion de relever l’importance de consolider les relations entre les institutions législatives des deux pays, le but étant de soutenir le partenariat maroco-roumain.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj a eu, mercredi à Rabat, des entretiens avec une délégation de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) consacrés à l’examen des moyens permettant la professionnalisation et la mise à niveau de l’entreprise de presse. Lors de cette rencontre avec la délégation composée du président et des membres du bureau exécutif de la FMEJ, Laâraj a indiqué que son département veille à la mise en œuvre des dispositions du Code de la presse et de l’édition afin de garantir le droit des citoyens à une presse responsable et professionnelle, et celui des journalistes à l’information et à la publication dans le respect des règles déontologiques de la profession.

– Il n’existe aucune décision visant à introduire le dialecte dans les manuels scolaires, a réaffirmé jeudi le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani. Intervenant en ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, El Othmani a rappelé sa position « claire » rejetant l’introduction du dialecte dans les manuels scolaires, démentant à cet égard l’existence d’une quelconque décision gouvernementale ou du ministère de l’Éducation nationale.

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.