Un Airbus A320 de la compagnie allemande low cost Germanwings s’est écrasé mardi dans le sud-est de la France, près de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), avec 148 personnes à bord, qui seraient toutes mortes.

« Il y avait 148 personnes à bord, les conditions de l’accident, qui ne sont pas encore élucidées, laissent penser qu’il n’y aurait aucun survivant », a déclaré François Hollande quelques minutes après l’annonce de l’accident, jugeant « probable qu’il y ait bon nombre de victimes allemandes ».

L’accident s’est produit dans une zone montagneuse particulièrement difficile d’accès, a-t-il ajouté en expliquant que les autorités vérifiaient si des habitations ont été touchées.

Selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), l’avion, qui reliait Barcelone à Düsseldorf, transportait 142 passagers et six membres d’équipage. « Le vol s’est déclaré en état de détresse à 10h47 locales (…), à proximité de Barcelonnette », dit la DGAC.

Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet, un « énorme dispositif » de plusieurs centaines d’hommes avec des moyens locaux et nationaux a été envoyé sur la zone de l’accident, située à environ 2.000 m d’altitude.

Il prévoit une opération longue et difficile, les premiers sauveteurs ayant été déposés par hélicoptère sur les lieux du drame et des renforts étant envoyés par la route.

PREMIER CRASH EN FRANCE DEPUIS 2000

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la Sécurité de l’Aviation civile se rendaient mardi à Meolans-Revel, lieu de l’accident. François Hollande a appelé Angela Merkel pour lui exprimer son soutien et l’ambassadrice d’Allemagne en France accompagne Bernard Cazeneuve, a annoncé l’Elysée.

 

Reuters/Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.