Le briefing tant attendu a eu lieu jeudi. M. Ahmed Lahlimi, le Haut Commissaire au Plan, est allé droit au but et sans langue de bois, en annonçant le résultat du recensement général de la population marocaine du 1er septembre 2014. « Nous sommes 33.762.036 marocains et 86.206 étrangers. Le Maroc compte 7,3 millions de ménages… » a expliqué M. Lahlimi.
« Techniquement », la marge d’erreur se situe autour de 1.0 et 1,4%, ce qui met fin une fois pour toute aux « spéculations » et « pronostics » de certains soit-disant experts.
En attendant pour savoir plus cette grosse opération, qui se déroule une fois tous les dix, on peut retenir ce qui suit:
1- Les résultats détaillés devraient tomber en fin avril. Pour les détails démographiques qui détaillent plusieurs volets du recensement, il va falloir attendre septembre. 
 
2-Le budget global du recensement général de la population et de l’habitat s’est élevé à 864,7 millions de dirhams, une somme dépensée progressivement entre 2012 et 2015.
Ce budget a assuré la faisabilité des 3 phases du recensement, à savoir les travaux cartographiques (16,43%), l’exécution du recensement (78,35%) ainsi que l’équipement du Centre de lecture automatique des documents et l’exploitation des données (5,22%).
3- Un taux rapide d’urbanisation au Maroc: 20,4 millions des habitants du Royaume résident en milieu urbain lorsque 13,4 sont en milieu rural. Si en 2004, 55,1% de la population marocaine était urbaine, cette proportion est passée à 60,3% dix ans plus tard.
4- De plus en plus de petites familles: La taille moyenne des foyers au Maroc est en nette baisse. En 1982, une famille marocaine comptait en moyenne 6 personnes. En 2014, elle avoisine les 4,2. Un autre facteur entre en jeu: celui du vieillissement et qui influe sur la pyramide des âges, dont la base est en train de se rétrécir progressivement en faveur des plus âgés  .
5- De plus en plus d’étrangers qui s’installent au Maroc:  De 51 000 étrangers résidant au Maroc en 1994, le chiffre est passé à 86 000. Un augmentation rapide et concentrée sur les dernières années à cause de la régularisation d’immigrés venant de l’Afrique subsaharienne et de la crise économique chez nos voisins européens et maghrébins…
Et pourtant, ces chiffres sont loin d’atteindre les 112.000 étrangers , dont nombreux français en 1971.
Reste à souligner que les sujets liés à la culture, l’alphabétisation, la langue Amazigh et autres sujets socio-économiques couverts par ce recensement « seront abordés » en fin Avril par M. Lahlimi, nous a-t-il promis en personne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.