Revue de presse du lundi 18 juin 2018

share on:

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

*Le Matin. :

– SM le Roi Mohammed VI a érigé le domaine culturel en priorité nationale car il est le vecteur de l’identité plurielle du Royaume, de son image de tolérance et d’ouverture sur la différence, a affirmé Mehdi Qotbi, président de la Fondation Nationale des Musées (FNM) dans un entretien accordé au magazine culturel français «Beaux Arts» dans sa dernière livraison. C’est dans le cadre de cette dynamique politique portée par SM le Roi, qui a placé la culture au cœur de la stratégie de développement du Royaume, que s’inscrit l’exposition-évènement «La Méditerranée et l’art moderne», qu’abrite jusqu’au 27 août prochain, le Musée Mohammed VI d’art Moderne et Contemporain (MMVI) de Rabat, a affirmé Qotbi, soulignant que la culture est un facteur fort d’intégration sociale et de croissance.

– La question du renforcement des programmes de protection sociale ainsi que les mesures à prendre en vue de soutenir le pouvoir d’achat des citoyens ont été au cœur de la dernière réunion du Conseil de gouvernement. L’Exécutif s’est en effet penché sur l’examen des meilleurs moyens d’asseoir un système d’aide sociale directe basé sur un ciblage plus efficace et plus pertinent des couches les plus vulnérables. Un communiqué rendu public à l’issue du Conseil de gouvernement réuni jeudi dernier à Rabat parle d’une «évaluation en profondeur de nombre de programmes sociaux de manière à renforcer leur efficacité et leur rendement» et, en particulier, les programmes Tayssir, le Ramed, le Fonds de cohésion sociale et le fonds d’appui aux personnes en situation de handicap.

*Libération. :

– Le Président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et les présidents des groupes et groupements parlementaires à la Chambre des représentants ont convenu d’une nouvelle formule du régime de retraite des députés basée sur les ressources propres. Les parties ont convenu d’une formule qui remplace toutes les initiatives législatives, à travers la présentation d’une nouvelle proposition de loi qui abroge les lois antérieures. En vertu des nouvelles normes, la pension de retraite « ne doit être versée qu’à l’âge de 65 ans, et non immédiatement après la perte du statut de parlementaire », alors que la pension mensuelle des membres de la Chambre sera réduite à 700 DH pour chaque année législative, au lieu de 1000 DH auparavant, et les frais de cotisation seront maintenus à leur niveau actuel afin de ne pas impacter le budget général.

– Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CGAM) a lancé une nouvelle solution de paiement mobile, Beztam-E. Elle s’inscrit dans le cadre du projet national de paiement mobile qui vise l’inclusion financière et la démocratisation des opérations de paiement. Le porte-monnaie électronique Beztame-E permettra au client de procéder au paiement des commerçants, transférer l’argent de mobile à mobile, payer des factures, des recharges téléphoniques et des créances publiques ainsi qu’effectuer des retraits sans carte au niveau des GAB du Crédit agricole du Maroc.

*Al Bayane. :

– Le Fonds d’appui à la cohésion sociale dispose de ressources financières suffisantes tirées du budget de l’Etat et n’est pas menacé de faillite, a indiqué le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi. Les recettes de ce fonds dépassent actuellement les 17 milliards de dirhams (MMDH), tandis que ses dépenses se chiffrent à quelque 2 MMDH contre 9,3 MMDH au titre de l’année écoulée, a précisé El Khalfi lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil de gouvernement. Il a également fait savoir que la réforme de la caisse de compensation a permis d’économiser et de mobiliser des moyens financiers considérables au niveau économique et social, rappelant qu’avant la mise en œuvre de cette réforme en 2013, la caisse de compensation a été financée par des recettes exceptionnelles.

– Un total de 23.335 affaires liées à la sûreté et l’ordre public a été enregistré au cours de l’année 2017, contre 16.268 entre 2002 et 2011, indique le rapport annuel sur la mise en œuvre de la politique pénale et l’amélioration du rendement du ministère public, au titre de l’année 2017. Présenté par le procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du ministère public, Mohamed Abdennabaoui, lors d’une rencontre d’information, tenue récemment à Rabat, le rapport relève que ces affaires concernent l’outrage à fonctionnaire (5.759 affaires), détournement de fonds et dilapidation (166), corruption (7.506), concussion (8), mendicité (4.776), vagabondage (1.456), désobéissance (958), outrage aux constantes (19), association de malfaiteurs (2.504), évasion du lieu de détention (100), trafic d’influence (20) et dilapidation des fonds publics (63).

*L’Economiste. :

– Le projet du Code de procédures pénales, composé de 400 articles, est actuellement soumis au secrétariat général du gouvernement. Il apporte plusieurs nouveautés dans le sens où les nombreuses modifications prévues vont dans le sens notamment du renforcement des garanties pour un procès équitable et un jugement dans un délai raisonnable. Il consacre le principe de l’égalité devant la justice, encadre mieux la garde à vue, tends vers un allègement de la détention préventive, assure la prévention de la torture et introduit le bracelet électronique.

– Selon un rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE), en moyenne près de 247.000 salariés disparaissent chaque année des registres de la Caisse nationale de la sécurité sociale, soit 8% du total des assurés. Et ce n’est pas dû seulement à la saisonnalité de certaines activités, comme l’agriculture. Le plus gros de ces « disparitions » serait imputé au travail non déclaré. Ne plus de la prévention, le conseil propose de rendre les sanctions actuelles plus dissuasives.

*Aujourd’hui le Maroc. :

– Le Conseil de gouvernement vient d’adopter deux textes destinés à renforcer le dispositif de lutte contre la spoliation foncière. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, le premier texte, a pour but de combler le vide juridique en matière des attributions des autorités judiciaires spécialisées (parquet, juges d’instruction et organes de jugement), pour leur permettre de prendre les mesures conservatoires nécessaires pour empêcher la cession du bien spolié. Le deuxième texte vise quant à lui à unifier les peines relatives aux crimes de falsification à tous les professionnels spécialisés dans l’établissement de contrats aussi bien notaires qu’adouls et avocats, et ce afin de davantage de dissuasion et faire face aux différents cas de spoliation foncière, commis généralement à travers la falsification de contrats et de procurations au nom des propriétaires réels, ou à travers leurs cartes d’identité.

– Le Maroc se dote d’une société de télémédecine (SMT). La SMT ambitionne la mise en place d’une infrastructure technologique pour le développement des activités de télémédecine au profit des populations des zones rurales et enclavées ». Elle a également pour objectifs la contribution au développement de la pratique de la télémédecine, la promotion et le soutien à son déploiement à l’échelle nationale notamment en faveur des populations des zones défavorisées et enclavées, l’installation et l’exploitation de toute infrastructure technologique ou physique permettant la réalisation des actes de télémédecine et l’encouragement et l’incitation des établissements et des professionnels de santé à la pratique des actes de télémédecine, précise la SMT dans un communiqué.

*L’Opinion. : – Sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, le Royaume du Maroc présentera officiellement auprès de la Fédération internationale de football association (FIFA) sa candidature pour l’organisation de la Coupe du Monde 2030, a annoncé, jeudi, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Talbi Alami. Le gouvernement s’engage à réaliser l’ensemble des projets qui ont été programmés dans le cadre du dossier de candidature de 2026, a souligné Talbi Alami, ajoutant que la Fifa a reconnu la capacité du Maroc d’organiser une compétition internationale de cette envergure.

– Le Think Tank marocain OCP Policy Center organise, les 18 et 19 juin à Rabat, la 2éme édition de la conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique (APSACO), sous le thème « les opérations de maintien de la paix en Afrique: réalités et défis ». Cette conférence sera l’occasion de se pencher sur de nombreuses questions telles l’évolution des opérations de maintien de paix sur le terrain depuis le processus de réformes entamé par l’ONU ces dernières décennies, les leçons à tirer de ces expériences et les moyens permettant aux pays de l’Union africaine d’accéder à l’autonomie quant à la gestion du maintien de la paix sur le continent, indique un communiqué de l’OCP Policy Center.

*Akhbar Ayaoum. :

– La Chambre des représentants a soumis une nouvelle proposition de loi de la réforme du système de retraites de ses membres qui sera annoncée officiellement dans une séance plénière, avant qu’elle ne soit soumise à une commission parlementaire. La proposition vient pour traiter la crise de la suspension des retraites depuis octobre 2017 à cause de la faillite du système, mais les mesures qu’il dispose suscitent le mécontentement de certains parlementaires, anciens et actuels. En vertu des nouvelles normes, la pension de retraite « ne doit être versée qu’à l’âge de 65 ans, et non immédiatement après la perte du statut de parlementaire », alors que la pension mensuelle des membres de la Chambre sera réduite à 700 DH pour chaque année législative, au lieu de 1.000 DH auparavant, et les frais de cotisation seront maintenus à leur niveau actuel.

*Al Massae. :

– La Banque mondiale a annoncé un appui additionnel de 125 millions de dollars en faveur du développement de technologies solaires innovantes au Maroc. Ce financement, auquel contribue le Fonds pour les technologies propres à hauteur de 25 millions de dollars, soutiendra le développement et la construction des centrales de Noor-Midelt I et II, qui cumuleront à terme une capacité de 600 à 800 MW, précise l’Institution de Bretton Woods dans un communiqué. Ces installations constitueront le deuxième complexe solaire thermodynamique à concentration (CSP) construit dans le cadre du Plan solaire marocain Noor. Ce plan occupe une place centrale dans la volonté du Maroc de générer 52% de son électricité à partir de sources renouvelables d’ici à 2030. *Al Ahdath Al Maghribia. :

– Le Groupe OCP, a annoncé une prise de participation de 20% dans la société espagnole Fertinagro Biotech, spécialisée dans la production et la commercialisation de fertilisants. L’OCP et Fertinagro ont signé des accords définitifs en vertu desquels le groupe marocain pourra acquérir 20% de la société espagnole, indique la même source, notant que cette prise de participation demeure soumise aux conditions suspensives usuelles, y compris les approbations des instances réglementaires. Cette opération entre dans le cadre de la stratégie du Groupe OCP visant à promouvoir l’innovation et le développement de produits adaptés aux besoins spécifiques des sols et des cultures à travers le monde, précise le communiqué.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– La Cité ocre abrite le 22 juin courant la 3è Conférence des ministres francophones de l’enseignement supérieur sous le thème « le financement du numérique dans l’espace universitaire francophone ». Cette conférence, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, est organisée à l’initiative du Royaume du Maroc, avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et de l’Agence universitaire francophone (AUF), dans le cadre de la 3è édition de l’Initiative pour le Développement du Numérique dans l’Espace Universitaire Francophone (IDNEUF). Cette rencontre sera l’occasion pour évaluer le degré de mise en œuvre des décisions et recommandations prises lors des éditions de Paris (5 juin 2015) et de Bamako (17 juin 2016) et d’élargir le champ de réflexion aux mécanismes susceptibles de financer le développement numérique dans l’espace universitaire francophone.

*Al Alam. :

– L’Association des rencontres méditerranéennes du cinéma et des droits de l’Homme (ARMCDH) organise, les 29 et 30 juin sur l’Esplanade de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc à Rabat, la septième édition de « La nuit blanche du cinéma et droits de l’Homme », annoncent les organisateurs. Placée sous le thème « Le droit à la santé », cette édition sera composée, à l’instar des précédentes, de deux activités principales, à savoir une nuit de projection de films en plein air sur une thématique des droits de l’Homme, suivie le lendemain par un débat avec des experts et militants, indiquent-ils dans un communiqué.

*Bayan Alyaoum. :

– Plus de 133 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation ont été saisies durant le mois sacré de Ramadan dans le cadre du contrôle des prix et des sanctions ont été prises à l’encontre des parties qui ont enfreint la loi à travers soit la spéculation ou la fraude, ou en augmentant les prix des produits à prix fixes, a indiqué, le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi. Lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil de gouvernement, El Khalfi a souligné que le chef du gouvernement a salué la société civile et les citoyens pour leur réactivité avec le numéro « 57 57 » dédié à la réception des réclamations sur toute contravention, précisant que plus de 3.000 appels ont été reçus, ce qui a abouti à la constitution de commissions d’inspection et que des sanctions ont été prises à l’encontre des contrevenants.

*Rissalat Al Oumma. :

– Sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a adopté, depuis les attentats de Casablanca, une politique sécuritaire anticipative, a affirmé le directeur du bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak Khiame. « Grâce à une loi votée en 2003, il y a, certes, eu le renforcement de l’arsenal juridique et sécuritaire, permettant d’agir avant qu’un terroriste ne passe à l’acte, mais également la réforme intégrale du champ religieux pour ne pas laisser l’islam à l’emprise des mouvances extrémistes », a expliqué Khiame dans un entretien publié par l’hebdomadaire français Valeurs actuelles qui a consacré dans sa dernière livraison un reportage à la lutte contre le terrorisme au Maroc. « Cet aspect est essentiel. Il a fallu aussi lutter contre la précarité et la pauvreté, le meilleur terreau de l’État islamique », a ajouté le patron du BCIJ, rappelant en outre que depuis 2015, 815 terroristes ont été interpellés et remis à la justice.

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.