Cet instituteur qui se croyait « Prophète » (Vidéos)

share on:

Le poète Égyptien Ahmed Chaouki, l’un des pionniers de la littérature moderne, faisait l’éloge des instituteurs dans la lutte contre l’obscurantisme et l’analphabétisme au point de comparer leur mission à celle d’un « Prophète » (كاد المعلم ان يكون رسولا) .

C’était au début du siècle dernier, une époque où les instituteurs étaient respectés et respectueux de leur mission. Mission qui exige sagesse, pédagogie et surtout beaucoup de patience car l’enseignant incarne un rôle moral notamment celui du père à l’école et parfois de l’ami et du confident de l’élève en cas de besoin.

Les enseignants sans exception citent par coeur et avec fierté les premiers vers de ce poème inoubliable composé par le « Prince des poètes », qui par ailleurs incitent les élèves au respect quasi religieux des instituteurs qui « auraient pu être Prophètes ».

Toutefois, il ne faut pas se perdre en conjectures car le poète parlait au conditionnel et certains de nos professeurs croient dur comme fer qu’ils sont effectivement des « Prophètes », des hommes au dessus de la mêlée.

Et pour illustrer cet état des choses (vidéos à l’appui), il est fort utile de rappeler seulement deux incidents qui se sont produits ces dernières années au Maroc et qui ont provoqué l’indignation des Marocains. L’incident de la fillette dans une école primaire à Kénitra en 2014 qu’un instituteur tournait en bourrique devant ses camarades car elle ne savait pas écrire le chiffre 5, et cette semaine, le mouaalim de mathématiques « fou furieux » qui administra des claques à une pauvre élève qui apparemment n’était pas, à ses yeux, de la trempe d’Albert Einstein.

Heureusement que le Ministère de l’Éducation Nationale est là pour agir vite et rappeler à l’ordre ceux qui s’estiment investis d’une mission divine et qui se croient au dessus de la loi. Dans les deux cas de figure le Ministère a pris les décisions qui s’imposent mais le mal n’est-il pas déjà fait?

Parfois certaines familles se demandent pourquoi leurs enfants ne sont pas motivés à poursuivre leur cursus dans l’école publique et seraient une proie facile à l’abandon des études dès que des obstacles se dressent devant eux?

Et loin de donner des leçons à quiconque, on est en droit de s’interroger:

  • Quelles valeurs véhicule l’école publique et quelles valeurs prônent ses enseignants?
  • Ces enseignants reçoivent-ils des formations régulières de mise-à-niveau et d’adaptation aux changements socio-culturels et technologiques que connaît le monde d’aujourd’hui?
  • Y a t-il un dialogue permanent et horizontal entre enseignants, parents et élèves ou plutôt un dialogue vertical hiérarchisé de haut en bas? En d’autres termes: le dialogue du « Prophète » avec ses disciples?

A rappeler que le manque de dialogue aboutit parfois à la violence comme seul moyen de résoudre les problèmes entre enseignants et élèves. Un exemple: en novembre 2017 à Ouarzazate, une vidéo sur Youtube montrait un élève boxer son professeur en classe… du jamais vu ou presque dans les annales de l’enseignement au Maroc.

Et la violence dans l’école publique, c’est toute une histoire…

Voici les vidéos :

1 – L’élève tabassée à Khouribga

2 – L’écolière tournée en bourrique à Kénitra

3 – Un lycéen tabasse son professeur à Ouarzazate

Article19.ma

share on:

1 Comment

  1. apparement votre diatribe contre l enseignant marocain tient la route au niveau formel du mois…a l examen elle est fallatieuse erronee car elle s appuie sur des apprioris faux mais largemernt partages.d abord le maitre ne represente pas a lui seul le systeme educatif loin de la….vouloir l incriminer a la moindre occasion est par consequent une betise….par ailleurs le role de l enseignat n est pas d eduquer.c est la une fonction qui releve des competences de la famille et de la rue.l enseignant est la pour enseigner former..pour atteindre cet objectif si noble et si difficile.. il doit jouir d une autorite..or l institution elle meme l en depossede aveuglee par un courant idealiste et permissive qui a fait de l enfant un eleve roi alors que la personnalite de celui ci, vu son age, ne lui permet pas d avoir une bonne conscience des objectifs d enseignement apprentissage et les methodes et approches pour y parvenir.et surtout vous usez comme les miserables sophistes avant vous d affirmations fausses qui vous permettent de tirer des consequences hasardeuses.d abord vous affirmez dans le titre qu il y a un maitre qui se prend pour un prophete.on peut crier a l heresie et joindre votre these si on ne remarque pas que vous denaturez les propos d un garand ecrivain qui avait un autre message plus noble et hautement plus pertinent.ensuite vous affirmer sans preuve sinon par oui dire qu un maitre a tabasse une fille pour des raisons cognitives en invoquant einstein alors que celui ce est un physicien..en fait si le maitre en question a peche en gifflant l etudiante c est parce que cette etudiante n avait de statut d etudiante que le nom comme le prouvent les temoignages de ses condisciples..en fin de compte il est pretentieux sinon criminel de profiter de quelques bribes de connaissances boiteuses imprecises souvent tendancieuses pour donner des lecons..le dialogue est vital.l echange est salutaire et benefique dans une societe qui etouffe. mais le dialogue le debat l echange necessitent des regles dont reellement vous manquez…ce commentaire serait incomplet si je ne vous rappelle pas que l ecole contraiment a un cliche helas tres repandu n est pas un monde d echange paisible pacifique fraternel.l ecole accueille des apprenants de couches et d horizons differents.il s y forme un univers de violence inouie..souvent la multitude d eleves en etat dechec pour des raisons diverses tentent d imposer sa volonte a l enseignant au formateur.celui ci se sent demuni devant cette explosion de violence.ne pouvant y repondre par les moyens adequants vu les notes les circulaires et autres injonctions inconscientes il choisit la voie de la demission .n ayant pas les conditions pour reussir son action il accepte de faire des concessions pliant sous le joug de ses eleves faussant les evaluations et les tests, enseignant au compte goutte.le systeme en suivant des theoriciens menteurs et idealistes a cree des classes sans ames.le retour du baton est catastrophique..des classes mortes des cours magistraux creux des resultats euphoriques des eleves et des parents joyeux un gouvernement heureux de proclamer des taux de reussite encourageants.et le tour est joue..vos critiques ne font que verser dans ce courant demissionnaire.la consequence est gravissime.l ecole est attaquee fustigee nos enfants nuls et incompetents nos enseignants demissionnaire et de mauvaise foi.un conseil judicieux a vous aux pareils belliqueux et ignares..creer des commissariats de police dans l etablissement scolaire pour eviter les sevices de professeurs fous , battir des guerites devant chaque salle pour forcer les enseignants a donner le meilleur d eux memes former des magistrats specialises et durcir les loiis et le cas echeant restaurer la peine de mort pour mieux proteger les eleves et les soustraire a la barbarie et la folie meurtiriere de maitres qui veulent devenir des prophetes d apres vos dire. quand la betise nous tient la vie devient insoutenable.parfois je me demande pourquoi l ecole.il vaut mieux laisser les eleves apprendre par eux memes puisqu ils ont atteint un haut degre de maturite qui leur permet de se passer de l action coercitive des enseignants

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.