El Othmani: Le taux d’avancement des projets de développement des provinces du Sud a atteint 48%

share on:

Le taux d’avancement des projets dans le cadre du Programme de développement des provinces du Sud (2015-2021) a atteint 48%, a assuré, lundi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, ajoutant que ce taux devrait atteindre 70% vers la fin de l’année en cours.

Répondant à une question sur « Le modèle de développement des provinces du Sud », lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers, M. El Othmani a relevé que ce modèle, lancé par SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune à l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, constitue un mécanisme optimal pour l’accélération de la régionalisation avancée dans les régions du Sud et la réalisation du développement escompté, notant qu’il permettra de mettre en place les bases d’une politique intégrée à même de promouvoir le rayonnement des provinces du Sud dans les domaines économiques et sociaux.

Il a, également, affirmé que le gouvernement s’est engagé, en vertu du programme gouvernemental, à favoriser le succès du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, à offrir les moyens financiers et humains pour accélérer sa mise en œuvre et réaliser les projets programmés dans ce cadre, en impliquant les habitants dans la gestion de leurs affaires, pour davantage de prospérité et de développement de ces régions, en tant que pôle économique intégré, ainsi que de poursuivre la mise en œuvre optimale des programmes liés au développement intégré des provinces du Sud.

Sur le plan financier, M. El Othmani a indiqué que les fonds engagés jusqu’à la fin du mois de mars 2018 ont atteint environ 21 milliards de dirhams (MMDH), ajoutant qu’au niveau des infrastructures routiers, ferroviaires et portuaires, il sera procédé à la mise en place d’un réseau routier visant à accompagner le développement des provinces du Sud, à la réduction des temps des voyages et à l’amélioration de la sécurité routière, notant que ce projet vise essentiellement à mettre en place une voie express Tiznit-Laâyoune-Dakhla d’un coût de 8,5 MMDH. La première reliant Tiznit à Laâyoune sur une distance de 555 km et la seconde consiste en l’élargissement de la route nationale reliant Laâyoune à Dakhla sur une distance de 500 km, a-t-il précisé.

Dans le cadre de la mise en oeuvre de la stratégie nationale portuaire, le Chef du gouvernement a indiqué que de nouveaux ports sont en cours de construction dans le cadre du pôle des ports du sud, notamment le port de pêche de Lamhiriz et le port Dakhla atlantique dont les travaux débuteront vers la fin de l’année en cours.

S’agissant du développement du transport maritime, il a souligné qu’il sera procédé au lancement d’une ligne maritime de la navigation côtière dédiée à la cargaison reliant Casablanca et Dakhla, à la réouverture des deux lignes maritimes reliant les îles Canaries et Tarfaya d’une part, et Laâyoune d’autre part, ajoutant qu’au niveau des infrastructures hydrauliques, il sera procédé aussi à la réalisation du barrage « Fask » sur l’Oued Sayad (province de Guelmim) pour une enveloppe budgétaire estimé à 1.500 millions de dirhams (MDH), outre la réalisation de 11 petits barrages et la construction de barrages dédiés à la protection contre les inondations pour un montant global avoisinant les 571 MDH.

Pour ce qui est des structures liées aux énergies renouvelables et à la production de l’électricité, M. El Othmani a fait observer qu’une série de projets a été programmée dans le cadre de la production de l’électricité dans les trois provinces du Sud à l’horizon de 2021, d’une puissance totale de 1.338 Mégawatt (MW), rappelant que parmi les projets réalisés figurent celui de l’extension du parc éolien d’Akhfenir d’une puissance de 100 MW pour une enveloppe budgétaire de 1.992 MDH et l’opérationnalisation de la première tranche du projet du parc éolien « Aftissat » à Boujdour (200 MW).

Au niveau du programme d’eau potable et d’assainissement liquide, le Chef du gouvernement a indiqué qu’une enveloppe budgétaire d’environ 5666 MDH a été allouée aux projets de renforcement du réseau d’eau potable et d’assainissement dans les régions du Sud, dont la ville de Dakhla (250 MDH), le dessalement de l’eau de la mer à Boujdour (134 MDH) et la poursuite de cette opération jusqu’à la réalisation de l’ensemble des projets inscrits dans le cadre de ce programme. Le projet d’assainissement liquide a été mis en place au niveau de la ville de Dakhla avec un budget d’environ 248 MDH, a ajouté M. Othmani annonçant le coup d’envoi des autres projets inscrits dans ce programme vers la fin de l’année en cours.

Le projet de dessalement de l’eau de la mer est mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat public-privé, en vue de créer une zone d’irrigation dans la région de Dakhla-Oued Eddahab avec un budget global arrivant à 1707 MDH, a fait remarquer le chef du gouvernement, expliquant que ledit projet comprend une unité de dessalement d’eau d’une capacité de de 30,1 millions de mètres cubes par an et un réseau de distribution d’eau d’irrigation pour 5000 mille hectares de nouvelles terres, ainsi qu’une station pour la production d’énergie éolienne à même de répondre aux besoins énergétiques des stations de dessalement et du réseau d’irrigation d’une puissance estimée à environ 26 mégawatts.

Concernant des projets liés au phosphate, le responsable gouvernemental a affirmé le coup d’envoi des travaux de réalisation des deux unités industrielles d’extraction et de traitement du phosphate pour un coût global de 12.600 MDH, outre le lancement par le groupe OCP à Laâyoune d’un projet d’un port avec une enveloppe budgétaire d’environ 4200 MDH.

S’agissant du secteur de la justice, il a souligné que dans le cadre de la réhabilitation des infrastructures judiciaires, la facilitation de l’accès aux tribunaux et l’amélioration des conditions d’accueil, une enveloppe financière de 315 MDH a été allouée à la construction de tribunaux au niveau de trois régions du Sud, dont deux sont prêts (Laâyoune et Tarfay), d’autres sont en cours de réalisation (Sidi Ifni, Dakhla, Laâyoune), tandis qu’un projet est en cours d’étude à Guelmin.

Pour ce qui est du secteur de la santé, le chef du gouvernement a relevé que le plan de la santé (2015-2025), vise à développer les services médicaux et élargir l’offre sanitaire dans les trois régions du sud, faisant savoir que ces projets ont nécessité un budget global de 2,642 MMHD, répartis sur quelques projets dans la région de Sakia El Hamra (1,7749 MMDH), 12 projets à la région de Guelmim-Oued Noun ( 794,10 MDH), 6 projets à la région de Dakhla – Oued Eddahab (2,642 MMDH). En vue d’assurer l’accompagnement efficace de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des régions du sud, ajoute M. El Othmani, le gouvernement a constitué un comité de pilotage chargé du suivi de ces ateliers de manière continue, tant au niveau des études que des financements et de la mise en œuvre.

Ce Comité de pilotage se réunira régulièrement et effectuera des visites de terrain dans les trois régions concernées pour s’assurer avec les élus locaux, les représentants des secteurs concernés et les autorités locales, que tous les projets programmés seront réalisés dans les délais prévus. Le gouvernement, a-t-il ajouté, est déterminé à poursuivre son adhésion totale à la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du sud, afin d’atteindre les objectifs estompés et les aspirations et les attentes des provinces du sud, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

Article19.ma

share on:

Leave a Response