L’Académie suédoise a annoncé, vendredi, qu’elle ne remettra pas le prix Nobel de littérature en 2018 et qu’elle prévoit d’attribuer le prestigieux prix deux fois l’année prochaine. 

« Nous avons décidé de ne pas attribuer de prix après des discussions longues et intenses. La confiance (dans l’Académie suédoise) est si faible dans le reste du monde que nous ne le ferons pas cette année. Il est arrivé cinq fois auparavant et n’est pas un événement unique », a déclaré Anders Olsson, directeur par intérim de l’Académie.

La Fondation Nobel a également fait part de son soutien à la décision de l’Académie suédoise de reporter le prix Nobel de littérature 2018. « La crise à l’Académie suédoise a eu un impact négatif sur le prix Nobel. Leur décision souligne la gravité de la situation et contribuera à préserver la réputation à long terme du prix Nobel. Rien de tout cela n’a d’incidence sur l’attribution des Prix Nobel 2018 dans d’autres catégories de prix », précise Carl-Henrik Heldin, président du conseil d’administration de la Fondation Nobel dans un communiqué. La Fondation Nobel suppose que l’Académie suédoise va maintenant mettre tous ses efforts dans la tâche de rétablir sa crédibilité en tant qu’institution de remise de prix et que l’Académie rendra compte des actions concrètes qui sont entreprises.

« Nous supposons également que tous les membres de l’Académie réalisent que tant ses vastes efforts de réforme que sa structure organisationnelle future doivent être caractérisés par une plus grande ouverture vers le monde extérieur », souligne le communiqué.

La dernière fois que le prix Nobel de littérature n’a pas été décerné remonte à 1943.

La décision de ce nouveau report intervient après des semaines de réunions de crise et de démissions en cascade de l’Académie suédoise, dans le sillage de la campagne #MeToo# où 18 femmes ont accusé une personnalité culturelle française bien connue de violences sexuelles ou de harcèlement.

La prestigieuse Académie, organe qui décerne le prix Noble de littérature, a été mêlée à des allégations d’inconduite sexuelle de la part d’un de ses membres et se demande si les noms de certains lauréats – sujets de spéculations intenses et sur lesquels beaucoup de gens placent des paris – ont été divulgués d’avance.

L’Agence suédoise des crimes économiques a annoncé qu’elle avait ouvert une enquête préliminaire sur l’Académie.

Selon les statuts qui ont établi cette institution en 1786, les membres nommés le restent à vie, qu’ils assistent aux réunions hebdomadaires ou non.

Même avant la crise, deux membres étaient déjà inactifs, en l’occurrence Kerstin Ekman, démissionnaire depuis 1989, et Lotta Lotass, qui a mis la clé sous le paillasson en 2016.

Le roi de Suède Carl XVI Gustaf a fait part de son intention de changer les statuts de l’Académie, pour permettre à ses membres de démissionner même s’ils sont nommés à vie.

L’Académie secrète, établie en 1786 par le roi Gustave III, n’est pas une agence gouvernementale et ses statuts disent qu’une fois qu’un membre est élu, il ne peut pas démissionner.

Cependant, en tant que patron de l’Académie, le roi peut apporter des modifications aux statuts. Les changements sont une intervention rare dans la vie publique par le roi de Suède, qui n’exerce aucun pouvoir formel.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.