Qui sont les chiites Marocains à Bruxelles ? Combien sont-ils ? Quels sont leurs rituels ? Et pourquoi ce changement et cette ‘migration’ de la doctrine malékite sunnite modérée (de la majorité des marocains) au chiisme iranien pur et dure?

Le journal ‘Akhbar Alyaoum’ est allé visiter l’une des mosquées dans la région belge Anderlecht et discuter avec des citoyens marocains établis en belgique sur les raisons de leur adoption du chiisme et leur loyauté envers l’Iran et le Hizbollah?  Un reportage détaillé sera publié dans son édition de mardi 17 mars 2015.

 Un bref aperçu historique:

Parmi les principaux points de discorde :

– D’abord, et alors que les chiites s’accordent avec les sunnites sur les trois premières sources juridiques en islam : le Coran, la Sunna, l’analogie (al kiyas). Ils s’en distinguent au niveau de la quatrième : le consensus (al ijmaa).

– La différenciation entre sunnites et chiites ne se fera que des années (voir même des siècles) après la naissance du chiisme. Au début il n’y avait qu’un seul point de rupture : les uns étaient pour le Califat de Ali, les autres pour celui de Mouawya.

– Petit à petit, chacun des imams successifs des chiites apportera son lot de règles, d’interprétations et de vérités qui finiront par faire du chiisme -ce qu’on pourrait appeler- une véritable religion dans la religion.

– Certes, les chiites partagent avec les sunnites les principaux Piliers de l’islam. Mais, ils ajoutent d’autres et ils ignorent certains.

 25.000 chiites marocains en Belgique …

Aziz Ettanjaoui, l’un des leaders chiites à Bruxelles affirme que le nombre des chiites marocains en Belgique est de l’ordre de 25 000 et que ce nombre est le résultat des statistiques officielles basées sur des élections organisées dans la capitale Belge. Il ajouté que le nombre des adhérents à ce mouvement ne cesse de faire boule de neige en Belgique et ailleurs.

Ettanjaoui (originaire de Tanger comme son nom l’indique) a expliqué que la plupart des chiites marocains résidants en Belgique viennent du nord du Maroc, notamment Tanger et la région montagneuse du Rif.

« A la mosquée Arrahmane (Belgique), on entend des marocains parler ‘Tarifit’ plutôt que la Darija arabe populaire, » note Ettanjaoui. La majorité de ces rifains ont émigré vers la Belgique durant les années 1980 et que l’adoption de ce rite remonte à plusieurs siècles et non un phénomène récent, selon les dires d’Ettanjaoui.

Toutefois, la levée du voile sur ce phénomène n’a été que récente. Dans un entretien avec l’hebdomadaire casablancais +Maroc-Hebdo+, Hojatolislam Driss Hani, un chef spirituel des chiites au Maroc affirme:

« Il y a de plus en plus de chiïtes marocains. D’ailleurs, j’en connais beaucoup, notamment parmi les jeunes universitaires. Ce qu’on a tendance à oublier et à faire oublier aux autres, c’est que le Maroc est un pays chiïte. Au Maroc, le chiïsme est la règle et le sunnisme l’exception. D’ailleurs la dynastie Alaouite, elle-même, est par essence chiïte.

Ceci, peu de Marocains, malheureusement, le savent. C’est pourquoi, j’appelle à une nouvelle et vraie lecture de l’histoire religieuse du Maroc, l’un des rares pays officiellement sunnite mais qui célèbre religieusement les fêtes chiïtes, comme l’Achoura (fête religieuse chiite).

Le débat est ouvert…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.