Un minuscule squelette, retrouvé il y a quinze ans dans une mine abandonnée au Chili, et que l’on pensait être l’ossature d’une créature extraterrestre, est bel et bien celui d’un humain, ont affirmé des scientifiques de l’Université Stanford, en Californie. 

Long de seulement 25 centimètres, le squelette, baptisé “Ata”, n’a que 10 paires de côtes – deux de moins qu’un humain normal – et un crâne allongé avec une extrémité prononcée, alimentant des théories fantaisistes sur une créature extraterrestre, écrit le Los Angeles Times.

Les recherches effectuées à la Stanford University et à l’Université de Californie ont pu donner à ces restes momifiés une espèce (Homo sapiens), un sexe (femelle) et un âge (elle est probablement morte peu après la naissance).

Les tests ont également identifiés au moins 52 indices génétiques de ses anomalies physiques extrêmes, révélant que les os de ce bébé semblent avoir vieilli à un rythme accéléré.

Parmi la série de mutations que les chercheurs ont pu constater figurent au moins une demi-douzaine d’anomalies dans les gènes connus pour être associés à des conditions telles que le nanisme, la scoliose et les anomalies musculo-squelettiques.

Il ressort des résultats que pendant le développement du fœtus, et peut-être pendant ses quelques jours de vie, ces anomalies semblent avoir fait fusionner ses os et les ont poussé à vieillir à un rythme inhabituel.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.