Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi, est revenu sur le dossier épineux de l’avortement clandestin au Maroc.

M. Louardi, qui a organisé a Rabat une rencontre en début de semaine un débat sur l’encadrement législatif et les exigences de sécurité sanitaire de l’interruption volontaire de grossesse, qualifie le code pénal de dépassé.

À l’ordre du jour, le plan d’action prévu par le ministère pour la lutte contre le phénomène notamment à travers « l’intégration de l’éducation sexuelle » dans les écoles ou encore la révision du Code pénal. Un texte juridique jugé « dépassé » par le ministre.

M. Louardi propose en fait, de réviser ce texte « obsolète » afin d’autoriser l’avortement dans des cas spécifiques tels que « le viol ou l’inceste ».

D’autres arguments ont été étalés afin de convaincre les plus sceptiques de la nécessité d’assouplir la législation. Pour M. Louardi, « la refonte du code pénal » permettra aux médecins de travailler dans la transparence et dans les conditions respectant la sécurité sanitaire.

Article19.ma/l’Economiste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.