Une confidence insolite. Oussama El Khlifi, l’une des figures de proue du mouvement du 20 février, a révélé qu’il avait rencontré le conseiller royal, Mohamed Moâtassim à l’invitation de ce dernier, qui a exprimé son « admiration » pour le mouvement du 20 février.

D’après le quotidien Al Massae, dans l’édition week-end, El Khlifi a ajouté, qu’un matin, il a reçu un appel d’une femme qui prétendait être la secrétaire du conseiller royal Mohamed Moâtassim, chose qui ne l’a pas cru et il a immédiatement raccroché.

Quelques minutes après, il a été contacté personnellement par Moâtassim, lui demandant le rencontrer afin de discuter plus en détail sur le mouvement 20 Février.

El Khlifi a précisé qu’une voiture blindée l’avait emmené de chez lui à l’hôtel Hilton de Rabat, où Moâtassim l’attendait, ajoutant qu’une discussion amicale avait eu lieu entre eux au sujet du mouvement et de son fonctionnement.

El Khlifi a confirmé que le conseiller royal était « un admirateur » du mouvement, et il lui a dit:  » Et si les partis politiques avaient une approche démocratique telle que la votre, nous (Le Maroc) aurions été en avance depuis très longtemps ».

Pour rappel, le 20 Février est un mouvement de contestation apparu au Maroc, le 20 février 2011 à la suite de la vague de protestations et de révolutions dans d’autres pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient connue sous le nom du « Printemps arabe ».

Le face-à-face entre ce dernier et l’État marocain semble avoir débouché sur un jeu à somme nulle. Ainsi, le mouvement du 20 Février a réussi à élargir l’espace public avec des réformes politiques importantes concédées par la monarchie marocaine. Mais le pouvoir a réussi à marginaliser ce mouvement du champ politique.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.