Le gouvernement français présentera la semaine prochaine un plan contre la radicalisation, a affirmé, vendredi à Paris, le Premier ministre Edouard Philippe.

« Dès le 23 février, je dévoilerai un ensemble de mesures qui s’inscrivent dans le plan national de prévention de la radicalisation », a affirmé le chef de l’exécutif français dans un discours sur la défense, la justice et la sécurité.

Il a en outre confirmé la création « au printemps » d’un conseil scientifique en charge de la recherche sur les processus de radicalisation, qui sera piloté par l’Institut national des Hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), estimant que « comprendre est un préalable indispensable à l’action ».

Selon des médias français, le plan contre la radicalisation devrait prévoir notamment l’augmentation du nombre de quartiers d’évaluation (QER) et celui des établissement susceptibles d’accueillir des détenus violents ou prosélytes.

Il repensera aussi les quartiers disciplinaires et d’isolement des détenus les plus dangereux et renforcera la prise en charge des détenus en fin de peine, notamment en milieu ouvert, précisent les mêmes sources.

A noter que sur près de 70.000 détenus en France, on comptait 500 personnes incarcérées pour des faits de terrorisme et environ 1.200 suivies pour radicalisation, selon les chiffres rendus publics par la Direction de l’administration pénitentiaire début 2018.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.