Le directeur général d’Apple, Tim Cook, a résumé la question ainsi, lors d’une conversation avec le personnel commercial de l’Apple Store de Londres : « Nous n’avons jamais vendu quoi que ce soit que les gens aient pu essayer auparavant ».

De fait, avec le lancement de l’Apple Watch prévu pour le mois prochain, Apple s’engage en territoire inconnu.

Pour emporter l’adhésion, la montre — le premier nouveau produit d’Apple depuis cinq ans — ne pourra se contenter de faire figure de gadget; elle devra lancer une nouvelle mode, si ce n’est un nouveau courant.

C’est ce qu’Apple a admis tacitement avec le lancement de sa campagne publicitaire par un encart de 12 pages dans le numéro de mars du magazine de mode Vogue.

Apple ne dit rien de ses projets commerciaux pour l’Apple Watch à la veille de sa très attendue présentation « Spring Forward » de lundi mais il est évident qu’il veut avoir la maîtrise du lancement. Au point que nombre de distributeurs se demandent quand ils auront les mains libres pour vendre l’objet, si tant est qu’ils puissent jamais le vendre.

C’est ainsi que, selon des sources au fait du dossier, Best Buy, un des principaux vendeurs de produits Apple, risque de ne pas pouvoir proposer l’Apple Watch le jour de son lancement. Le groupe d’électronique grand public ne fait aucun commentaire à ce sujet.

D’autres grands distributeurs tels que Macy’s, Saks 5th Avenue, Bloomingdales et Barney’s disent qu’ils ne comptent pas référencer la montre dans l’immédiat.

« Apple est prudent; il y a trop d’inconnues quant à la performance à attendre de ce produit », observe Van Baker, du cabinet de consultants spécialisé Gartner.

Article19.ma/Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.