L’image, capturée lundi 2 mars par le photographe britannique Martin Le-May, est à peine croyable. Fermement cramponnée à sa monture, une belette vole sur le dos d’un pic-vert. Mise en ligne par le site Buzzfeed (en anglais), la photo de ce combat entre les deux animaux a été abondamment reprise et commentée sur les réseaux sociaux.

Pour mieux comprendre cette scène, francetv info a interrogé Pierre Rigaux, naturaliste et vice-président de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM).

Francetv info : Est-ce que cette photo vous surprend ?

Pierre Rigaux : Je n’ai jamais vu une telle image. C’est un grand coup de chance pour le photographe d’avoir été là au bon moment. Mais le fait qu’une belette s’en prenne à un pic-vert n’est pas si surprenant que cela. La belette est un prédateur qui mange principalement des micro-mammifères, mais qui, parfois, s’aventure à attaquer des animaux plus gros qu’elle, comme de petits lapereaux ou des merles. Elle n’a pas voulu faire un voyage, elle voulait manger un pic-vert.

Comment expliquez-vous cette scène ?

Le pic-vert est un oiseau qui se nourrit beaucoup au sol, notamment de fourmis. Or, c’est également là que la belette chasse : sa forme allongée, de « saucisse sur pattes », lui permet de s’incruster dans les galeries des campagnols et autres petits rongeurs. Combative, elle est également très opportuniste. Ce pic-vert s’est donc sans doute fait surprendre par la belette.

Je précise qu’il ne s’agit pas d’un bébé, mais d’une belette adulte. A cette époque de l’année, il n’y a pas de jeunes. Et sa taille par rapport au pic-vert me fait penser qu’il s’agit plutôt d’un adulte. La belette est le plus petit carnivore terrestre (15 cm de long, 100 grammes en moyenne).

La belette est classée comme nuisible dans certains départements français. Est-ce justifié ?

C’est aberrant. Il y a des légendes autour de cet animal. On l’accuse de s’en prendre à des poules et des lapins. Mais ce sont des animaux trop gros pour la belette, elle ne s’attaque éventuellement qu’aux jeunes lapereaux. A l’inverse, c’est un animal très utile dans nos campagnes : elle se nourrit de petits rongeurs embêtants pour l’agriculture lorsqu’ils sont trop nombreux. En France, la belette n’est pas menacée, mais elle est plutôt en déclin. A la SFEPM, on demande qu’elle ne soit plus classée nuisible, comme d’autres mustélidés.

Article19.ma / france tv info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.