Au Maroc, le mouvement d’opposition islamiste Al Adl wal Ihsane (non reconnue mais tolérée par les autorités), a reconnu sa participation aux mouvements de protestation sociale qui ont secoué le Rif et la region de Zagora en 2017.

Cet « aveu public » vient de confirmer, selon une synthèse du site Hespress mise en ligne vendredi, les accusations lancées par les pouvoirs publics contre ce groupe islamiste d’être activement impliquée dans ces événements à caractère social, notamment le Hirak dans la région du Rif et dont les principaux dirigeants sont actuellement jugés devant la cour d’appel de Casablanca pour « séparatisme » et « tentative d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ».

La jamaâ, fondée par cheikh Yassine dans les années 70 du siècle dernier et qui n’a jamais été autorisée depuis, a fait part de sa participation à ces mouvements sociaux qui ont secoué le Rif et la ville de Zagora, dans son rapport sur ses activités durant l’année 2017.

Selon ce document, cette année a été marquée par une « présence permanente » de la jamaâ aux côtés des mouvements sociaux « contre la marginalisation, l’injustice et l’atteinte aux droits à la citoyenneté » qui se sont produits au Maroc durant les derniers mois.

L’association islamiste affirme s’en tenir à la « résistance pacifique contre l’injustice ».

Le rapport précise que les militants islamistes ont participé « massivement » à la marche nationale organisée le 6 juin à Rabat en solidarité avec les militants du Hirak, outre l’engagement « fort et efficace » de plusieurs avocats de la jamaâ dans la défense des dirigeants de ce mouvement qui sont placés en détention préventive à la prison de Ain Sebaa à Casablanca.

Réitérant ses accusations contre les autorités, l’association islamiste affirme que le « limogeage » de plusieurs de ses militants dans la fonction publique constitue une « discrimination » entre les Marocains dans l’accès à la fonction publique et aux postes de responsabilité.

Elle s’élève également contre l' »arrestation » d’un certain nombre de ses imams et prédicateurs dans plusieurs régions du Maroc, selon le rapport.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.