Voici les principaux titres développés vendredi par la presse nationale:

*Le Matin.:

– C’est décidé. 2018 sera l’année de la contractualisation dans la gestion du portefeuille des entreprises et établissements publics (EEP). L’État actionnaire a, en effet, défini tout un périmètre cible d’EEP devant disposer de contrats-programmes. Concrètement, en plus des entités disposant déjà d’un cadre contractuel avec l’État et qui arrive à échéance, le périmètre identifié comprend 9 nouveaux EEP. Il s’agit de l’ANAPEC, la CMR, la CNSS, Al Omrane, le Centre national de l’énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN), l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), l’Office national des pêches (ONP), la Société nationale de commercialisation des semences (SONACOS) et la Société nationale du transport et de la logistique (SNTL).

– La direction régionale de la santé de Fès-Meknès vient de lancer la deuxième édition de l’opération «Riâya» au titre de l’année 2017-2018, à travers la mise en place de nombreuses actions proactives destinées à lutter contre la vague de froid, notamment dans les zones enclavées et montagneuses. Cette initiative, qui intervient en concrétisation des Hautes Instructions Royales, tend à présenter l’assistance nécessaire et rapprocher les soins médicaux des habitants des zones lointaines durant la saison hivernale. Et pour accompagner cette opération au niveau des provinces concernées par la vague de froid à l’échelle de la région Fès-Meknès, la direction régionale de la santé a élaboré un plan ciblant les zones enclavées et montagneuses des provinces de Sefrou, Boulemane, Ifrane, Taounate et Taza, lesquelles connaissent une baisse des températures atteignant parfois moins 4 degrés et des chutes importantes de neige.

*Aujourd’hui le Maroc.

– Le ministère de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau se voit déjà en 2035. Il a établi un ensemble de plans sectoriels prévoyant une profusion de projets dans les domaines routier, ferroviaire, portuaire, aéroportuaire et logistique. Le tout devrait mobiliser plus de 660 milliards de dirhams d’investissements. Le plan routier 2035 du ministère n’ambitionne rien moins que de doubler le réseau autoroutier existant totalisant à l’heure actuelle (1.800 km) pour le porter à 3.500 km. Le réseau routier devrait bénéficier d’un programme de modernisation décliné sur 7.000 km, de grands aménagements, 2000 km de voies express, 45.000 km de routes rurales ainsi que 2.000 km de routes à réhabiliter par an.

– Le système de la formation continue est en dessous des attentes. Il ne correspond pas à l’évolution du marché de l’emploi et ne profite pas à tous. Pour y remédier, le gouvernement a récemment adopté en conseil de gouvernement un projet de loi relatif à la formation continue des salariés du secteur privé, certaines catégories d’employés et d’autres personnes non salariées exerçant une activité libérale. Outre les défis multiples que connait le secteur, le système actuel de formation continue est limité et ne remplit pas son rôle.

*Libération.:

– Les dysfonctionnements relevés au niveau de l’administration publique par les rapports de la Cour des comptes et de l’Institution du Médiateur du Royaume, impliquent l’adoption d’une approche réformatrice ambitieuse pour les réparer, a indiqué le ministre délégué chargé de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique, Mohammed Benabdelkader. D’après la Cour, ces dysfonctionnements sont liés à la répartition inéquitable des ressources humaines, à l’insuffisance des mesures entreprises en matière de la mobilité, l’évaluation et la formation continue des fonctionnaires et au système de rémunération dépassé, complexe et inéquitable, a-t-il souligné lors d’une journée d’étude dédiée à la présentation du rapport de la Cour des comptes sur le système de la fonction publique au Maroc, ainsi que le rapport annuel de l’Institution du Médiateur du Royaume (2016) .

– Dans sa dernière note de conjoncture de l’année qui vient de s’achever, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a annoncé des perspectives de clôture favorables pour le secteur touristique, soulignant une croissance consolidée au début du dernier trimestre que favorise le dynamisme continu du marché extérieur. Selon ce département relevant du ministère de l’Economie et des Finances, le nombre des arrivées à la destination marocaine s’est renforcé de 14,9% au cours du mois d’octobre 2017 et les touristes étrangers ont été à l’origine de 98% de cette dynamique avec une progression de 23,5%.

*Al Bayane.:

– Communiqué du Bureau politique du PPS : le PPS appelle à donner un caractère institutionnel à la célébration du nouvel an amazigh. Il soutient les revendications des populations de Jerada et appelle le gouvernement à interagir positivement avec la situation dans la ville et à rester à l’écoute des populations. Il appelle à une réflexion profonde sur le modèle de développement national.

– Le chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani a souligné la nécessité de donner une nouvelle impulsion aux Centres régionaux d’investissements (CRI) pour qu’ils puissent accompagner la régionalisation avancée. Ces Centres ne sont plus en mesure d’accomplir leurs missions et de s’acquitter des rôles qui leur avaient été assignés depuis leur création il y a près de 15 ans, qu’il s’agisse de leur cadre institutionnel ou de l’évolution et des faits nouveaux intervenus dans le paysage socio-économique, a-t-il indiqué.

*L’Economiste :

– Voilà une mesure qui permettra à l’entreprise de geler son activité sans provoquer sa mise en liquidation. L’option est possible avec la déclaration de cessation d’activité prévue dans la loi de finances 2018. Cette disposition s’adresse aux entreprises qui connaissent des difficultés conjoncturelles. L’éligibilité est ouverte aux entreprises soumises à l’IS, à l’IR au titre des revenus professionnels déterminé sous le régime du résultat net ou du résultat net simplifié et à celles qui en sont exonérées. L’idée est de leur accorder une pause en attendant une conjoncture plus favorable.

– La valorisation des déchets passe en mode turbo cette année. La tutelle vient de dévoiler les noms des cabinets d’études retenus pour l’assistance technique et la mise en place de nouveaux centres d’enfouissement et de valorisation. Objectif : accélérer le rythme et le déploiement du programme quinquennal qui s’achève en 2021. Ce plan prévoit la mise en place de 24 centres d’enfouissement. Ce qui permettra aussi d’augmenter les taux de recyclage et de valorisation des déchets domestiques.

*L’Opinion.:

– La réforme du système de la fonction publique nécessite l’adoption d’une approche globale, l’engagement politique du gouvernement et une implication responsable des fonctionnaires et de leurs représentants, préconise la Cour des comptes. L’amélioration du service public passe par une réforme de la fonction publique basée sur des actions profondes, un engagement politique fort de la part du gouvernement et une implication responsable des fonctionnaires et de leurs représentants, affirme la Cour dans un rapport sur l’évaluation du système de la fonction publique, dont la synthèse a été présentée mercredi lors d’une journée d’étude organisée par le ministère de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique.

– Nizar Baraka, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, accompagné de membres du comité exécutif et en présence des parlementaires, présidents de communes et des membres du conseil régional, a tenu une séance de travail avec les élus istiqlaliens de l’Oriental. Il a été convenu de faire part de la profonde préoccupation des élus du parti au sujet de la situation sociale dans la province de Jerada et de leur solidarité totale avec ses habitants, de souligner l’absence de convergence entre les politiques du gouvernement et la dimension intégrée des divers départements ministériels et d’inviter le gouvernement à faire en sorte que ce qui est arrivé à Jerada ne se reproduise plus, en accordant toute l’attention requise à l’espace frontalier et en accélérant la satisfaction des besoins urgents de la population.

*Akhbar Al Yaoum. :

– Les retenues des neuf barrages relevant du ressort territorial de l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos ont dépassé 471 millions de m3 au 3 janvier, soit un taux de remplissage de plus de 42%, contre 599,4 millions de m3 durant la même période une année auparavant (53,8%), selon un rapport de l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos.

*Assabah. :

– Selon des sources gouvernementales, les retards enregistrés dans la mise en œuvre des recommandations du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et des projets royaux dans l’Oriental risqueraient de provoquer un nouveau «séisme» au sein du gouvernement, compte tenu de la faible implication des départements gouvernementaux dans le plan de promotion des régions frontalières. Nizar Baraka, président du CESE, a mis en garde contre la reproduction des évènements de Jerada dans l’espace frontalier.

*Al Akhbar. :

– Un taux de 79% des plaintes reçues par l’Institution du Médiateur provient de six régions du Royaume, à savoir celles de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Fès-Meknès, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, l’Oriental et de Marrakech-Safi, indique le rapport annuel de l’Institution, au titre de l’année 2016. Le nombre des plaintes se répartit ainsi : 334 dans la région de Casablanca-Settat (14,6%), 330 dans la région de Rabat-Salé-Kénitra (14,4%), 310 au niveau de la région de Fès-Meknès (13,6%), 284 dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (12,4%), 260 dans la Région de l’Oriental (11,4%) et 177 au niveau de la région de Marrakech-Safi (7,7%), selon le rapport annuel de l’Institution du médiateur (2016).

*Al Ahdath Al Maghribia. :

– La délégation gouvernementale dépêchée à Jerada poursuit la série de rencontres avec les organisations de la société civile pour fournir des réponses concrètes aux revendications de la population de cette ville. Ainsi, le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, a souligné que l’Etat est déterminé à construire une cinquième unité de la station thermique et apporter des solutions concrètes aux autres préoccupation des population, soulignant que les grands projets d’un nouveau modèle de développement pour la région seront soumis au gouvernement.

*Al Massae. :

– Le Groupe OCP affirme que le crédit de TVA dû par l’Etat au Groupe s’élève à plus de 18 milliards de dirhams à fin juin. Le Groupe rappelle que dans le rapport de l’Agence Fitch, publié début novembre 2017, l’agence de notation avait confirmé la notation du Groupe OCP, à BBB- avec perspectives négatives. L’agence avait toutefois précisé que la notation serait revue à la hausse en cas de remboursement du crédit de TVA par l’Etat.

*Bayane Alyaoum. :

– Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani a catégoriquement démenti l’intention de l’exécutif de prendre une quelconque décision visant à abandonner la gratuité de l’enseignement supérieur. M. El Otmani a regretté les informations selon lesquelles le projet de loi-cadre relatif à la réforme du système d’éducation comporte une suppression de la gratuité de l’enseignement supérieur, soulignant que ces informations « sont complètement fausses ». Il a expliqué, dans ce contexte, que le projet de loi-cadre, examiné jeudi en Conseil de gouvernement, introduit des frais d’inscription pour les familles aisées mais maintient la gratuité pour les classes pauvres, moyennes et en précarité.

*Al Alam. :

– Le gouvernement El Otmani aurait serré la vis à Mohamed Salah Tamek, délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, en ne lui réservant que 350 postes cette année. La Délégation générale réclame une augmentation du nombre de postes budgétaires, précisant que l’année précédente, la délégation s’était vu accorder 400 postes. Elle déplore que le gouvernement ne tienne pas compte du manque de ressources humaines dans le secteur carcéral.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– Habib El Malki s’est entretenu avec Pia Kjaersgaard, présidente du Parlement danois qui effectue actuellement une visite au Maroc. Au cours de cette entrevue, le président de la Chambre des représentants s’est félicité des bonnes relations historiques liant les deux pays qui remontent au milieu du 18ème siècle avec l’ouverture d’un consulat danois à Essaouira.

Il a également souligné que Rabat et Copenhague partagent les mêmes valeurs et principes des Nations unies, saluant, par la même occasion, les positions et les déclarations des responsables danois qui considèrent le Royaume comme un partenaire stratégique pour leur pays et l’Europe.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, a affirmé n’avoir déposé aucune plainte contre un membre de la chambre des conseillers ou un journaliste concernant la commission d’enquête parlementaire sur la Caisse marocaine de retraite (CMR). Il a précisé avoir uniquement transmis une correspondance provenant du président de la commission d’enquête au ministre de la justice et des libertés demandant l’ouverture d’une enquête au sujet de la divulgation d’informations et de données publiées par la presse concernant les délibérations de la commission, qui revêtent un caractère secret, en application de la loi organique nº 085-13 relative aux modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaires. (MAP)

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.