Est-ce la fin de la gratuité de l’enseignement au Maroc? Le gouvernement de Saad Eddine El Othmani s’apprête en tout cas à élaborer un projet de loi qui pourrait sonner la fin de la gratuité de l’enseignement public au Maroc, en vigueur depuis l’indépendance.

Le gouvernement El Othmani semble déterminé à mettre en oeuvre le plan stratégique mis en place par le Conseil supérieur de l’éducation et de la formation, se rapportant notamment aux mécanismes de financement du système éducatif, à travers l’institution de frais de scolarité pour certaines couches sociales, croit savoir le journal Al Massae .

Cette question très sensible avait été abordée par le précédent gouvernement dirigé par Abdelilah Benkirane qui s’est toutefois contenté de transformer ce plan stratégique en une loi, sans aller jusqu’à envisager clairement l’annulation de la gratuité de l’enseignement.

Le journal souligne que les familles aisées vont devoir contribuer au financement de l’enseignement, à travers le paiement de frais de scolarité, un mécanisme qui sera applicable dans un premier temps dans l’enseignement supérieur avant d’être généralisé au secondaire sans pour autant signifier la fin de la gratuité de l’enseignement public.

Le projet préparé par le gouvernement ne précise pas les couches sociales qui seront appelées à mettre la main à la poche pour continuer à envoyer leur progéniture à l’école publique, en attendant l’élaboration d’un texte réglementaire.

Le Conseil supérieur de l’éducation et de la formation avait déjà appelé à l’instauration de frais de scolarité dans l’enseignement supérieur puis le secondaire, dans une seconde étape, pour les familles aisées, avec toutefois une exonération des catégories sociales défavorisées.

Mais la question qui reste pendante se rapporte à la classe moyenne : va-t-elle ou non payer ces frais de scolarité ?, s’interroge à juste titre le journal.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.