Depuis l’apparition sur le marché national de ces petits engins volants appelés « drones », des incidents autour des sites dit-sensibles sont souvent enregistrés. Le journal Assabah vient de dévoiler, ce jeudi, qu’un drone qui survolait le bâtiment de la Cour constitutionnelle et les locaux de la gendarmerie royale était piloté par trois Mexicains, dont une fille. L’incident a eu lieu au moment où ils se baladaient en touristes près de la mosquée Assunna, au coeur de Rabat.

Après avoir intercépté les 3 mexicains, les services de police ont réussi à descendre le drone et ouvert une enquête pour connaître les circonstances de l’usage de cet objet qui nécessite une autorisation officielle en bonne et due forme.

Le journal signale que la brigade de la police judiciaire a fait appel à des hispanisants afin d’interroger les trois Mexicains, tandis que l’engin a été transféré à la police scientifique pour examen technique. Les autorités craignaient, en effet, que le drone ait capturé des photos ou vidéos du Palais royal ou des sites de sécurité très sensibles, ajoute le journal.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.