Les fédérations et associations de parents d’élèves au Maroc, se sont mobilisées aujourd’hui contre les mesures de régulation 2017 et budget 2018 de l’AEFE.

Voici le communiqué officiel:

« Mesdames et Messieurs les élus des Français de l’Etranger,

Nous faisons suite à différents échanges avec le Directeur de l’AEFE et le Ministère des Affaires Etrangères français concernant les mesures de régulation 2017 et budget 2018 édictées par l’AEFE.

En effet, nous sommes particulièrement attentifs aux conditions de travail ainsi qu’aux moyens et ressources qui sont octroyés aux enseignants du système d’enseignement français au Maroc pour mener à bien leur mission car ils ont des conséquences directes et lourdes sur la qualité de l’enseignement de nos enfants et sur le rayonnement de la langue française. Sur ce sujet, force est de constater que la situation ne cesse de se détériorer depuis quelques années.

Les parents sont très préoccupés par les dernières annonces de réduction drastique du budget de l’AEFE (baisse du budget alloué à l’agence de 33M€, remontées sur frais d’écolage de 9% au lieu de 6%, fermetures de postes d’enseignants détachés qui entraîneront le recrutement d’enseignants locaux sans formation préalable…). Toutes ces décisions entraîneront des hausses de frais d’écolage et une baisse de la qualité de l’enseignement.

Les parents d’élèves sont conscients que les enseignants constituent le principal vecteur de préservation d’un enseignement français à l’Etranger de qualité.

Par la participation massive des familles à notre appel du 21 novembre 2017 pour une journée « établissements morts » ce lundi 27 novembre à travers tout le réseau de l’AEFE au Maroc, nous témoignons notre soutien aux enseignants et manifestons notre volonté de défendre, préserver et développer ce patrimoine partagé dont bénéficient nos enfants depuis des décennies.

Par cette journée de mobilisation, nous envoyons un message fort et déterminé à l’ensemble des membres du CA de l’AEFE ainsi qu’aux élus des Français de l’Etranger pour le rétablissement du budget initial de l’AEFE, l’augmentation du nombre d’enseignants titulaires de l’Education Nationale et une véritable concertation sur l’avenir de cette agence.

L’AEFE, outil majeur de la diplomatie d’influence de la France, est aujourd’hui financée en majeure partie par les familles. Il est alors censé et attendu que ces même familles soient écoutées et entendues.

D’autres actions et journées de mobilisation suivront.

Solidairement. »

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.