Surprise. Contrairement aux pronostics, l’ancien Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane s’est vu refuser « démocratiquement » dimanche la possibilité d’un 3ème mandat à la tête de son mouvement islamiste, Parti Justice et Développement (PJD).

Leader incontesté depuis 2008 au sein du PJD, Benkirane avait été nommé chef du gouvernement après une victoire inattendue de son parti lors des législatives de 2011, et ce, dans le sillage du Printemps arabe.

Le PJD grâce à sa popularité et son charisme a de nouveau remporté les élections en 2016 (125 sièges) Benkirane avait tenté pendant cinq long mois de former une nouvelle coalition mais en vain. Il a par la suite avant été limogé par le roi Mohammed VI et offert à son collègue Saâd Eddine El Othmani la possibilité de former un nouveau Cabinet.

Dimanche, le conseil national du PJD, réuni en session extraordinaire à Salé, près de Rabat, a voté majoritairement (126 voix sur 231) contre un amendement qui aurait permis à Benkirane de briguer un 3ème mandat comme secrétaire général du parti.

Benkirane, 63 ans, l’un des fondateurs historiques du PJD a accepté le verdict des urnes, affirme-t-on dans son entourage sans commentaire.

Le nouveau leader qui remplacera Benkirane à la tête du PJD sera élu lors du prochain congrès du parti, les 9 et 10 décembre 2017.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.