VOICI LES DERNIERES NOUVELLES, EN CETTE FIN DE SEMAINE:

▪  La descente aux enfers des grands promoteurs immobiliers : Il y a un an et demi déjà, une analyse financière fouillée de CDG Capital avait allumé les premiers clignotants. Les trois opérateurs n’ont généré aucune trésorerie sur la vente de logements depuis 2007. Leur besoin en fonds de roulement  a quadruplé sur la période, faisant déraper la dette qui a été multipliée par 12.

▪  L’exécutif se mobilise pour sortir le secteur immobilier de sa torpeur : Les départements de l’intérieur, des finances, de l’habitat et de l’urbanisme lancent une action commune pour dynamiser le secteur. Les mesures prioritaires portent sur le renforcement du financement garanti, l’étude de mesures urbanistiques avantageuses pour la classe moyenne et l’accélération des procédures d’autorisation de construire.

▪  Après la compensation, la réforme fiscale s’impose : Le taux de progression des recettes fiscales est fort peu corrélé à la croissance économique. Les rentrées fiscales ne couvrent pas les dépenses ordinaires depuis six années consécutives.

▪  Maroc Telecom renoue avec la croissance en 2014 : Son chiffre d’affaires a progressé de 2.1% et son résultat net part du groupe de 5.6%. un dividende de 6.90 DH par action sera servi aux actionnaires, soit l’intégralité du résultat distribuable.

▪  Attijariwafa Bank confirme la bonne tenue de ses activités : Le dynamisme de la banque a permis au PNB de s’inscrire en hausse de 8.8%. la baisse des taux des bons du trésor et le redressement de la bourse ont propulsé le résultat des activités de marché de 40.7%.

▪  Actif net, hausse tiré par les fonds obligataires de long terme : L’actif net des OPCVM poursuit sa hausse à un rythme faible. En effet, il a augmenté d’à peine 0.13% pour atteindre 309.3 milliards de DH, gagnant ainsi 41 MDH.

▪  Les 10 valeurs qui effrayent les actionnaires : La semaine dernière, nous évoquions les 10 valeurs aux tendances haussières les plus fortes. Nombreuses sont les valeurs de cette liste qui ont continué à briller cette semaine. En face, il existe des titres qui ont fait perdre beaucoup d’argent aux actionnaires, surtout à ceux qui sont incapables de couper leurs pertes. L’immobilier et le secteur minier sont les « vedettes » du classement de cette semaine.

▪  Marché immobilier, la vague de cessions massives, source d’inquiétude : L’année 2014 a été marquée par une baisse des prix des actifs immobiliers. Cette situation n’est pas sans enchanter les ménages à la recherche de logements.

▪  Capital immatériel, un gisement de 75% du PIB : Pratiquement le même niveau que chez les pays développés. L’étude en cours, finalisée avant la fin de l’année.

▪  Placements, les actions retrouvent la cote : Elles devraient profiter de la baisse des rendements sur l’obligataire. Les spécialistes conseillent un positionnement sur les valeurs de rendement.

▪  Liquidité bancaire, le déficit de liquidité poursuit son amélioration : Le besoin des banques s’est établi au cours de la semaine à un niveau moyen de 48 milliards de DH.

▪  Le Trésor dépasse ses besoins de février : Petite levée du Trésor lors de la dernière séance d’adjudications. Il n’a en effet, retenu que 400 millions de DH face à une demande totale de près de 3 milliards.

▪  Des superpouvoirs pour la banque centrale : La nouvelle loi bancaire a introduit de nouvelles institutions et de nouveaux rôles pour la banque centrale. Un projet de loi portant n° 04-15 redéfinit les rôles de BAM et érige la stabilité financière en une priorité au côté de la stabilité des prix.

▪  Le pétrole retombe à New York : Les prix du pétrole sont retombés jeudi à l’ouverture sur le New York Mercantile Exchange, le marché hésitant sur l’interprétation à donner aux chiffres contrastés sur les réserves américaines.

▪  L’or démarre en hausse : Lors de la séance du jeudi 26 février courant, l’once d’or a gagné 15.25 dollars au premier fixing pour s’échanger à 1220 dollars….

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.