• A table avec l’Algérie, principal créateur du conflit vieux de 42 ans

• L’Algérie principal responsable de la misère des populations de Tindouf

Horst Köhler vient de terminer en Mauritanie, la dernière étape de sa première tournée, son périple dans la région, dit de «contact» pour mieux «comprendre» le conflit du Sahara qui perdure depuis plus de quatre décennies et «voir la situation de près » et se faire sa «propre vision».
L’ancien président allemand, avec la casquette d’émissaire onusien pour le Sahara occidental, n’est pas un néophyte en la matière. On ne le sait que trop.

Certes il s’agit d’une première visite sur le terrain à laquelle il devra être très sensible, sachant que «c’est celui qui est dans le four qui doit sentir la chaleur et non celui qui lui demande la température qui y fait… ».

C’est d’ailleurs ce qui explique l’émotion du responsable onusien, après avoir vu le calvaire que vivent femmes et enfants nés dans les camps loin des leurs et de leur terre ancestrale.
A Tindouf, M. Köhler a pu se rendre compte de la situation dramatique que vivent nos compatriotes sahraouis, maintenus en détention surveillée par la volonté de politiciens qui ne sont plus de ce monde ou en voie de disparition…

Les héritiers de politiciens sans âme ni foi

Nous pensons à feus Boumediene, Kaddhafi et d’autres (en plus du ramassis de généraux gouvernant encore et toujours), qui ont créé de toutes pièces le conflit du Sahara, lors de la guerre froide entre l’Occident et l’ex-communauté des pays socialistes, et continuent à l’alimenter et à le faire perdurer…
Cela remonte à 42 ans… déjà… quand le Maroc avait décidé de récupérer ses provinces du Sud de l’Espagne dirigée par un Franco moribond…

Depuis, la Cour Internationale de Justice de la Haye avait reconnu les liens d’allégeance des populations du Sahara, qui n’était pas terra nullus comme le prétendait le pouvoir colonial, aux rois du Maroc. Et le fruit du hasard a voulu que, à Rabat, le Roi du Maroc a reçu l’envoyé spécial du SG de l’ONU le 16 octobre dernier, date anniversaire de l’annonce, par feu SM Hassan II de la Marche Verte qui a permis la récupération du Sahara marocain du joug colonial franquiste.

Il suffira de demander aux anciennes puissances coloniales (France et Espagne) les documents historiques qui prouvent la marocanité du Sahara occidental.

Depuis beaucoup de temps est passé et des opportunités de résolution du conflit artificiel ont été ratées volontairement, par des blocages politiques incessants et une volonté de manœuvres manifeste qui faisait et fait encore des populations des «camps de la honte» des otages entre les mains du pouvoir algérien pour faire perdurer les hostilités dans le vain espoir de gagner la guerre d’usure qu’il mène au Maroc et sa cause patriotique, directement et par le biais de sa créature, le «Polisario».

Il faudra dire que le Maroc a subi plusieurs épreuves dans son combat libérateur, dont notamment la guerre armée menée par l’Algérie, ses alliés et ses mercenaires contre le Maroc et les populations des provinces du Sud, ponctuées de prises d’otages et de chantages sur les familles.

Il faudra aussi rappeler à M. Köhler que les membres fondateurs du Polisario, sur incitation de Kaddhafi et de Boumediene ne sont plus à Tindouf ou Alger (le principal fondateur El Ouali Mostafa Sayed est mort à Zouirate en 1975 ans la bataille de Nouackchout pour renverser le régime en place jugé pro-marocain…) et les autres sont rentrées chez eux au Maroc (Omar Hadrami, Gajmoula Bent Ebbi, Ayoub Lehbib – Mustahpa Barzani …) alors que d’autres font leurs affaires en Espagne et ailleurs.
Feu Mohamed Abdelaziz, décédé l’année dernière, n’était pas membre fondateur du mouvement séparatiste marocain.

Un référendum devenu caduc …

D’ailleurs le père de ce dernier, qui vient de nous quitter (92 ans) à Tiznit et qui était dans l’armée marocaine jusqu’à sa retraite, n’avait pas le droit, à cause de l’opposition des chouyoukhs des mercenaires, de s’inscrire sur les listes électorales devant servir de base au référendum onusien que le Maroc avait accepté, contrairement à son fils chef de file des marionnettes d’Alger, lui dûment inscrit !
C’est dire pourquoi l’ONU et la communauté internationale ont abandonné définitivement l’idée de la consultation référendaire du fait que le corps électoral était et est indéfinissable et souvent manipulé…. Surtout avec le temps qui blanchit les images et les mémoires pour les chouyoukhs appelés à identifier les progénitures d’hommes et de femmes qui ne sont plus de ce monde…

Le déblocage marocain

Vint ensuite, en 2007, la proposition marocaine de débloquer la situation par le biais de l’octroi d’une autonomie aux provinces du Sud, proposition largement combattue par l’Algérie et ses mercenaires… au point de bloquer, en 2012, toute solution politique et tout processus de négociation sérieux.
Avec leurs maitres à penser, ils répètent des slogans vieux de plusieurs décennies et qui n’ont rien à voir avec la réalité (occupation, décolonisation, référendum, intangibilité des frontières nées du colonialisme….).
C’est le même repas réchauffé qui a été servi à l’Envoyé spécial de L’ONU… tant à Alger qu’à Tindouf…

Relancer les négociations mais avec l’Algérie…

Aujourd’hui, le Maroc compte sur Horst Köhler pour aller à l’essentiel et rendre envisageable la relance du processus de négociations entre le Maroc et l’Algérie, véritable partie au conflit et qui commandite les prétendus «indépendantistes sahraouis», qui ont fait de ladite cause de «libération nationale» (sic) un fonds de commerce pour s’enrichir aux dépens des populations que l’Envoyé spécial de M. Antonio Guterres, a vues dans les camps et qui lui ont fait pitié.
Avant de quitter Tindouf, il a notamment déclaré : «Je vais travailler à ce que la paix soit préservée, la guerre évitée. Et j’essayerai également de donner un nouveau souffle à la cause et aussi de l’espoir à cette population et, notamment, jeune génération de Sahraouis».

Ouvrir les camps de Tindouf…

Le meilleur moyen de parvenir à ces nobles objectifs est de dire la vérité aux dirigeants algériens qui refusent à l’ONU l’organisation de tout recensement des populations des camps de Tindouf qui se seraient vidés n’eût été l’introduction de nombreux mercenaires malgré eux des pays de la région, notamment des Maliens, souvent enrôlés comme figurants lors des grandes messes officielles, quand des responsables étrangers sont de passage aux camps…
Il suffira d’ouvrir les portes des camps aux volontaires qui veulent regagner leur pays…
Quant au Maroc, il fera tout pour abréger les souffrances des populations détenues malgré elles par les sbires du pouvoir algérien. Le développement extraordinaire de nos provinces du sud, de l’avis de nombreux observateurs étrangers impartiaux, servira à leur bien être et à leur prospérité, après tant d’années de misère.
Ainsi la génération de sahraouis dont parle le responsable onusien pourra reprendre espoir, regagner sa patrie et vivre auprès de ses compatriotes, loin des mafias des camps de la honte.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.