KIOSK – Le Jour où Gérard Depardieu a menacé de « crever les yeux » de Harvey Weinstein (Vidéo)

share on:
Alors que le producteur est accusé de viols, l’acteur français a raconté sur France Inter un épisode particulièrement houleux entre les deux hommes.


Accusé par de nombreuses femmes de viols, d’agressions sexuelles et de harcèlement, le puissant producteur américain Harvey Weinstein a quitté sa société et va devoir faire face à plusieurs enquêtes. Alors que les langues se délient et que, chaque jour, de nouveaux témoignages font surface concernant Harvey Weinstein et d’autres personnalités ayant abusé de leur pouvoir, Gérard Depardieu a raconté sur le plateau de France Inter un accrochage ayant eu lieu il y a plusieurs années avec le fondateur de Miramax.

Avec sa verve habituelle, l’acteur raconte qu’il produisait à l’époque le premier film du réalisateur américain Nick Cassavetes. « On avait une série de films à faire avec Harvey Weinstein, dont She’s So Lovely avec Sean Penn et Robin Wright […] Nick voulait faire ce film, mais c’était distribué par Miramax », explique-t-il, avant de préciser que Weinstein lui « avait foutu un deal où il [les] volait complètement ».

« Je te crève les yeux avec mes deux doigts »

Gérard Depardieu relate ensuite la façon dont il a géré ce différend, à New York, dans les bureaux de Robert de Niro : « J’étais tellement énervé que je suis passé derrière son bureau. Je lui ai dit : Écoute-moi bien Harvey, si tu fais quelque chose, je te crève les yeux avec mes deux doigts. Tu touches une chose sur le deal que nous avons fait, je te crève les yeux et je te tue. » Une réaction que Gérard Depardieu justifie par le fait qu’Harvey Weinstein avait essayé de « l’enculer », lui et ses partenaires sur le projet.
Avouant qu’il n’en avait « rien à foutre » qu’Harvey Weinstein soit le producteur le plus puissant du cinéma mondial à l’époque, Depardieu raconte la réaction inquiète de Robert De Niro après la scène et rappelle que, finalement, les termes de l’accord décidés par les deux parties à l’origine ont fini par être respectés.

Source : http://www.lepoint.fr/

Article19.ma

share on:

Leave a Response