A cause de ses « positions politiques », même à l’époque Ben Ali, le prince Hicham Alaoui n’était pas le bienvenu en Tunisie. Selon le site d’information TSA, cinq policiers en costume cravate ont fait irruption vendredi à la piscine de l’hôtel Movenpick, à Tunis, pour embarquer le prince, puis l’escorter jusqu’à l’avion en partance pour Paris.

Le cousin germain du roi Mohammed VI était dans la capitale tunisienne pour y donner une conférence, signale la même source.

En fait, il allait participer, à partir de ce dimanche à Tunis, à un séminaire organisé par l’Université de Stanford sur la gouvernance et les défis sécuritaires dans trois pays arabes, le Maroc, l’Égypte et le Yémen.

Les policiers en civil qui sont venus interpeller le prince à la piscine l’ont d’abord emmené dans sa chambre, pour qu’il se change et puisse faire sa valise, avant de le conduire dans un commissariat ou l’ordre verbal d’expulsion lui a été signifié. De là, il a été transporté à l’aéroport dans une voiture de police, précise TSA.

Le prince aurait demandé, selon TSA à ce que l’ordre d’expulsion lui soit remis par écrit ou à ce qu’un procès-verbal soit dressé, mais les policiers ont refusé. À sa demande ils ont juste accepté de dire devant un micro, depuis l’aéroport, qu’il ne lui était reproché aucun délit de droit commun. Celui qui s’est présenté comme le chef d’escale d’Air France a ajouté qu’il s’agissait d’une « décision politique » sans plus de précisions.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.