Le porte-parole du ministère Israélien des affaires étrangères en langue arabe, Hassan Kaabia, a fait état de relations « quasi-normales » entre le Maroc et son pays, relevant qu’il n’y a pas d’ambassade d’Israël au Maroc mais que les Marocains se rendent en Israël pour des soins médicaux et d’étude ou simplement pour le tourisme. 

Kaabia a fait cette déclaration lors d’une session questions-réponses sur les réseaux sociaux à laquelle ont pris part les porte-paroles en langue arabe de différents ministères Israéliens qui ont été interrogés par de nombreux internautes de pays arabes, dont des marocainsa rapporté Hespress. 

Quelques « deux cents visiteurs des pays du Golfe » se rendent chaque mois en Israël, affirme-t-il. 

+La langue arabe fait partie de l’environnement… »+

Interrogé sur sa maitrise de la langue arabe, le porte-parole du Premier ministre israélien, Ofir Gendelman, a ironisé en affirmant qu’il était d’origine yéménite et marocaine.

« Soyons sérieux. Il faut apprendre la langue arabe, car elle fait partie intégrante de cet environnement auquel nous appartenons », a-t-il ajouté soulignant qu’Israël encourage les étudiants et les élèves à étudier l’arabe.

Quant au porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, il a révélé que de nombreux marocains suivent sur les réseaux sociaux les pages israéliennes de langue arabe.

« Plusieurs d’entre eux (des Marocains) sont des fans et ceci est tellement positif », a-t-il affirmé.

Répondant à la question d’un Marocain sur « l’éventualité d’un conflit armé » entre israéliens et palestiniens au cas où les négociations échouent, Adraee a indiqué que son pays ne prépare pas une nouvelle guerre dans la région.

« Nous ne parlons pas la langue des menaces, mais nous voulons être prêts à tous les niveaux de défense, de renseignement et de technologie ».

Un autre marocain a interrogé la directrice de l’unité des nouveaux médias arabes de la police israélienne, Julia Aaraj, sur la question de la démocratie en Israël.

« La réalité parle d’elle-même, on ne peut réduire la démocratie à quelques exemples », a-t-elle répondu relevant que les citoyens israéliens « jouissent de la liberté absolue d’expression même quand leurs positions sont à l’antipode de ceux de l’Etat contrairement à certains pays arabes ».

A noter que les Palestiniens ne font pas partie de cette « catégorie » de citoyens privilégiés dans un véritable environnement d’Apartheid.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.