L’information vient de filtrer « des pourparlers » sont menés secrètement pour libérer l’activiste rifain Nasser Zefzafi et ses camarades détenus depuis 3 mois à la prison d’Oukacha à Casablanca.

Selon le site Hespress, l’homme d’affaires casablancais Noureddine Ayouch, et des personnalités politiques sont engagés dans la plus grande discrétion dans des pourparlers avec les détenus du Hirak et leurs familles, en coordination avec l’Etat, et qui auraient ainsi rencontré à plusieurs reprises Zefzafi et ses camarades à l’intérieur de la prison.

Contacté à ce sujet par le site Ayouch s’est contenté de souligner qu’il a été décidé de « ne révéler pour le moment aucun détail » sur ces pourparlers en cours.

Cette médiation, qui aurait été initiée après le discours du trône, consiste à convaincre les détenus de mettre fin aux protestations des rues et à satisfaire les revendications des habitants d’Al Hoceima, précise le site.

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) est également engagé dans les pourparlers avec ces détenus afin de trouver une issue à la crise et de convaincre les activistes de « présenter des demandes de grâce » avec une amélioration des conditions de vie dans le Rif simultanément avec les initiatives de développement entreprises actuellement par le gouvernement, et ce, suite à la colère du roi Mohammed VI à cause du retard enregistré dans la réalisation du programme « Al Hoceima Manarat Almoutwassit ».

L’avocat des activistes, Saïd Benhamani, a confirmé les initiatives d’Ayouch et du CNDH, soulignant que les avocats de la défense ne sont pas impliqués dans ces pourparlers.

Il a également soutenu qu’il s’agit « d’initiatives personnelles » de la part de ces personnalités qui ne sont pas des interlocuteurs officiels, estimant que si l’Etat avait une volonté réelle de régler la crise du Rif il devrait y avoir des négociations directes avec les activistes du Hirak.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.