La reprise des exportations n’aurait pas permis de réamorcer immédiatement de nouvelles créations d’emplois dans le textile et le cuir. Une perte de 32.000 postes a été enregistrée entre 2013 et 2014.

L’industrie du textile et du cuir aurait perdu 32 mille postes d’emploi entre 2013 et 2014, soit une réduction de 7% en variation annuelle, et ce en dépit d’une reprise des exportations et d’une amélioration de 1,2 % de la valeur ajoutée du secteur, selon le Haut-Commissariat au plan (HCP).

Ces pertes ont été, principalement, le fait d’une réduction de 14 % des effectifs employés dans le textile, 4,6 % dans l’habillement et 8,6 % dans les activités de la chaussure, a expliqué le HCP dans une note sur l’emploi et les exportations dans le secteur de l’industrie du textile et du cuir, entre 2013 et 2014.

Elles s’inscrivent, globalement, dans le prolongement de la tendance baissière qui avait marqué les activités du textile et du cuir depuis 2007, a ajouté le HCP.

119 mille emplois perdus entre 2008 et 2014

En effet, la branche du textile et cuir avait perdu environ 119 mille emplois entre 2008 et 2014.

Selon le HCP, l’industrie textile et cuir n’aurait pas profité de la reprise des exportations en 2014. En effet, relève la même source, les exportations des vêtements confectionnés et des chaussures ont progressé de 5,3 % et 3 % en 2014, profitant du raffermissement des importations de l’Espagne et des Etats-Unis.

Ces performances avaient porté la contribution des ventes extérieures de la branche du textile et cuir à 16,7 % du total exporté en 2014, contre une part moyenne de 17,6 % au cours des quatre dernières années et de 23,4 % entre 2007 et 2010.

Pour sa part, la reprise de la valeur ajoutée de l’industrie du textile et habillement aurait été, principalement, portée par le redressement de la production des unités de l’habillement et du textile, notamment les vêtements, les tapis, les articles à maille et de voyage, a expliqué le HCP, ajoutant que les autres industries auraient réalisé des évolutions modestes ou en baisse.

Amélioration de la demande extérieure

La relance des activités du textile et cuir aurait été principalement attribuable à l’amélioration de la demande extérieure adressée aux produits de la branche, a précisé le HCP.

La même source indique à ce propos que les entreprises de la branche avaient procédé à un réajustement de leurs effectifs employés, à la suite du ralentissement de leur activité, accentué par les effets de la dernière crise économique internationale, a souligné le HCP, notant qu’elles ont été plus prudentes, en 2014, quant à la répercussion des effets de la récente reprise des exportations sur l’emploi, en raison notamment des faibles performances économiques qui marquent encore ses principaux débouchés à l’export, en l’occurrence la France et le Portugal.

A cet effet, la déconnexion entre l’évolution des exportations et l’emploi de la branche du textile et du cuir a été, globalement, constante depuis 2007, a relevé la même source, notant que cette situation est révélatrice d’une forte hétérogénéité de la structure productive de la branche.

En effet, la part des unités qui emploient moins de 6 personnes dépasse 51 %, alors que celles disposant d’une comptabilité organisée et occupant plus de 50 personnes n’excède pas 15,7 %.

En termes de composition des emplois créés, une part de 70 % des actifs occupés ne dispose pas d’une couverture médicale et constituée principalement des actifs saisonniers, occasionnels ou non- rémunérés.

Pour les salariés, plus de 3 employés sur 5 qui exercent dans la branche ne disposent pas d’un contrat de travail.

Article19.ma/Menara.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.