Après plus de 100 jours de son existence, le gouvernement de Saad Eddine El Othmani, qui a été constitué après plus de 6 mois de blocage, est aujourd’hui confronté à plusieurs défis politiques et sociaux. Qu’en pensent les citoyens de son bilan ? c’est la question qui a été posée par le site Hespress à ses lecteurs pour connaître leur avis sur l’action gouvernementale au cours de cette période.

Sur les 18.458 personnes ayant répondu à cette question, 16.070 ont trouvé que le bilan est « faible » contre 846 (4,5 pc) qui ont estimé « satisfaisant » l’action de l’exécutif alors que 1.542 (8,3 pc) l’ont qualifiée de « moyenne », affirme le site.

Certes, il est « difficile d’évaluer » l’action d’un gouvernement au cours de ses 100 premiers jours, a averti le site, mais il est de coutume au niveau international de se prêter à cet exercice en recensant les décisions et les mesures prises au cours de cette période d’autant que le chef du gouvernement a lui même annoncé qu’il présenterait son bilan à « la rentrée politique » (septembre 2017), ajoute-t-il.

+Impact négatif du blocage+

Commentant les résultats du sondage, El Amrani Boukhobza, professeur de sciences politiques à l’université d’Abdelmalek Saadi, a estimé que le blocage qui a précédé la constitution du gouvernement a eu « un impact négatif » sur l’action de l’exécutif au cours de ses 100 premiers jours.

Le blocage a fait, selon lui, que le gouvernement s’était occupé à adopter la loi de finances puis à mettre en place les règles de fonctionnement de l’exécutif et à définir les compétences de ses ministères.

Boukhobza a également relevé « la tension qui marque le climat social dans le pays, notamment à Al Hoceima, et qui a eu un effet négatif sur l’action du gouvernement, » soulignant que d’autres régions connaissent également une agitation sociale liée à des insuffisances et dysfonctionnements dans plusieurs secteurs relevant du gouvernement comme l’enseignement et la santé.

+Manque de cohésion gouvernementale+

Tous ces facteurs ont influé sur la constitution et la composition de la majorité et de l’opposition, a-t-il estimé soulignant que « la majorité manque ainsi de cohésion. »

De son côté, Anas Machichi de l’université Sidi Mohamed Benabdellah de Fès, a noté qu’il est « difficile d’évaluer l’action du gouvernement en ce sens car sa constitution a été ardue après l’échec d’Abdelillah Benkirane à former un exécutif. »

Ceci a fait que les promesses politiques sont absentes du programme du gouvernement El Othmani, a-t-il affirmé relevant que les divergences entre ses composantes sont encore plus marquées que dans celui de Benkirane.

+Attentisme face au Hirak Rif+

Résultat des courses, cela a rendu difficile d’avoir « un programme gouvernemental consensuel » car la préoccupation première était de former un exécutif à n’importe quel prix et dans les meilleurs délais.

De même le Hirak du Rif et « l’attentisme dont le gouvernement a fait preuve » face à ces protestations ont contribué, selon lui, à « la faiblesse de ses réalisations » surtout que l’exécutif est accusé de « trahison » par les activistes du Hirak, notamment en ce qui concerne le volet purement économique et social.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.