Insolite est le terme adéquat. Et pour cause, peu de temps après son arrivée à Rabat, M. Li Li, le nouvel ambassadeur de Chine au Maroc, entame des rencontres officielles avec deux VIP et leaders de partis politiques, photos à l’appui et à la Une des médias électroniques. Normalement, cela fait partie de sa mission, dit-on, mais il y a « un hic », notent des diplomates occidentaux en poste à Rabat.

En fait, M. Li Li en diplomate averti ne doit-il pas observer un « devoir de réserve » avant d’entamer ses contacts politiques, dites « visites de courtoisie », car il n’a pas encore présenté ses lettres de créance au roi Mohammed VI, comme le veut la tradition diplomatique au Maroc.

M. Li Li a rencontré M. Ilyas El Omari, leader du PAM lundi 7 juillet à Rabat et le lendemain M. Abdelilah Benkirane, chef du PJD à son domicile sis rue Jean Jaures, quartier des Orangers à Rabat. Le contenu de ses salamalecs importent peu sauf pour les personnes concernées.

La question qui se pose est-ce que le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale a-t-il du moins été informé des « activités diplomatiques » de l’envoyé chinois en cette période de vacances?

Pour rappel, en attendant son accréditation officielle, un ambassadeur américain a su patienter sagement à Rabat, des semaines pour ne pas dire des mois, avant d’entamer ses « visites de courtoisies », et ce, dans le respect des traditions et us du pays hôte.

Il est à noter qu’arrivé le 1er août 2017 à Rabat, M. Li Li a remis à l’ambassadeur, secrétaire-général du ministère des Affaires étrangères, le vendredi 4 août, une copie figurée de ses lettres de créance, en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine au royaume du Maroc.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.